La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Matatoune V.

https://vagabondageautourdesoi.com/

Pourquoi ce titre « vagabonderautourdesoi »? Qu’on parte à l’autre bout du monde, au bout de notre rue, qu’on se concentre sur la lecture d’une phrase, à la vue d’un tableau, à l’écoute d’une musique, à la vue d’un film, d’une pièce de théâtre, etc. j’ apprends chaque jour un peu sur le monde et sur moi ! (…)

16,50
29 juin 2021

Immense défi pour le prochaon !

Paru pour la rentrée littéraire 2020, Un jour ce sera vide, premier roman écrit par Hugo Lindenberg, a obtenu le prix du livre Inter 2021.
Lorsque ce roman est sorti, je me rappelle avoir « tourné autour » mais, peut-être par lâcheté, je m’en suis détournée. Car, à l’époque, la solitude de cette enfance faisait écho à la mienne et à celle que l’on vivait aussi.
Un enfant de dix ans raconte ses vacances à Houlgate avec sa grand-mère à l’accent si prononcé que le yiddish n’est pas oublié. Cette ancre qu’elle incarne n’est pas sans lui inspirer une honte qui rejoint presque les hontes de l’Histoire, celle de son peuple exilé bien sûr, mais aussi la conscience de ne pas être comme les autres.
Car, cette honte palpable et collante ne cesse de le poursuivre sur la plage qu’il fréquente chaque jour. Il s’y doit d’y composer un rôle, celui de l’enfant heureux, léger et serein. Alors qu’il ne cesse d’observer les familles dites « normales, comme pour en découvrir leurs secrets.
L’amitié qui nait avec Baptiste le conduit à toucher du doigt la différence et l’oblige à aller quémander certesun baiser de sa mère, mais aussi l’amour maternelle absente pour avoir la sensation de toucher la normalité.
Roman d’initiation aussi à la sensualité et à l’émoi adolescent, Hugo Lindenberg décrit par touche cet éveil sans jamais le nommer. Pourtant, les sensations et les émotions sont présentes pour éveiller l’enfant à sa conscience future d’homme.
Lire la suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/06/28/hugo-lindenberg/

26 juin 2021

A suivre donc !

Les Éditions de l’Archipel choisissent de republier la première enquête du commissaire Van der Valk écrite par Nicolas Freeling en 1962. La série diffusée sur France 3 en 2020 a remis au goût du jour ce commissaire hollandais dont on vante la ressemblance avec Maigret.

La série, j’avoue ne pas m’en souvenir. Néanmoins, Nicolas Freeling a eu un franc succès avec son héros et ses quatorze enquêtes. Alors, c’est l’occasion de se plonger au cœur d’un Amsterdam décrit par un Anglais !

Martin Molenaar, la trentaine, vit une vie plutôt tranquille depuis son installation avec Sophia. Pourtant, un matin, il voit débarquer la police. Une de ses anciennes amantes, Elsa de Charmoy, est retrouvée morte dans son appartement. Plus âgée que lui, leur relation était difficile, comme sous emprise, car Elsa était une personne trouble, complexe et fuyante.

De plus, il se trouve que Martin a croisé Elsa, de façon fortuite soutient-il, le soir de sa mort. Alors, tout l’accuse. Pourtant le commissaire Van der Valk ne s’en satisfait pas. Seul contre tous, y compris la justice, il reprend l’enquête pour trouver le vrai meurtrier.

La suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/06/26/nicolas-freeling/

21 juin 2021

Vraiment à mettre dans toutes les mains !

IDISS est le prénom de la grand-mère de Robert. Par cette BD, Franck a repris le roman de Robert et s’est associé à Fred Bernard pour faire revivre cet hommage dans ce roman graphique si éclatant pour une femme chère à son cœur mais au destin particulier.
Bessarabie est une province actuellement située au bord de la Mer Noire entre la Roumanie et la Moldavie, qui à l’époque de la naissance d’IDISS est sous domination russe depuis le début du 19è siècle. Bénéficiant d’un statut particulier, la communauté juive y vit à l’abri des persécutions russes de l’époque. Seulement, vers 1840, la situation se dégrade et de nouveau la population subit le rejet et l’injustice.
Au cœur d’un SHTETEL (bourgade juive d’Europe Centrale), IDISS, jeune et belle, s’occupe de ses deux enfants et des parents de son mari, parti à la guerre défendre le tzar, et pour vivre vend ses broderies. Autant dire que la misère est criante et pourtant les couleurs douces et vives sont présentes pour rendre compte de la confiance que tous ont en leur pays et communauté.
(Voir photos et vidéo sur le blog)
Lire la suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/06/21/idiss/

Usborne

18 juin 2021

Un très beau livre jeunesse

Tout savoir sur l’Art est un documentaire à feuilleter avec ses enfants ou petits-enfants placés juste à côté ou alors sur les genoux pour leur faire découvrir cette notion si abstraite qu’est l’Art.
Quarante questions sont traitées sur une double page. De « Qu’est-ce qu’un mouvement en art ? » à « Pourquoi chercher à choquer » en passant par » Comment tromper l’œil ?« , Tout savoir sur l’Art propose une vision non exhaustive mais pédagogique et documentée de cette notion si subjective et controversée.
La présentation est particulièrement soignée : Après la question, vient un ou deux chapitres qui apportent la réponse. Elle est complétée par des illustrations (photographies ou dessins), des écrits courts aux graphies différentes ou des bulles de BD. (Voir les photos ci dessous)
Évidemment, certaines notions sont plus faciles à traiter comme par exemple, les différentes techniques de peinture. D’autres, permettent une réflexion à étudier selon l’expérience partagée.
La suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/06/18/tout-savoir-sur-l-art/

15 juin 2021

Beaucoup de plaisir à lire Passé Composé

Passé composé écrit par Anne Sinclair raconte ses mémoires à la fois professionnelles et privées, du moins, comme elle l’explique, dans le prologue, avec sincérité et justesse et non exhaustivité. En effet, il ne s’agit nullement de sombrer dans les révélations que le buzz médiatique actuel recherche à tous prix, mais de raconter le destin hors-norme d’une femme hors du commun !
Issue de la haute bourgeoisie progressive du 16ème arrondissement de Paris, Anne Sinclair décrit une jeunesse dorée, choyée et même adulée notamment par un père qui la surnomme Toute-Petite. Pendant son adolescence, elle croise Véronique Samson ou Jacques Chaban-Delmas et tant d’autres, entre New-York et Cannes en passant, évidemment, par Paris.
Anne Sinclair raconte sa volonté de faire du journalisme dans un monde plutôt réputé pour être fermé aux femmes. La télévision lui offre l’occasion de devenir l’égérie des dimanches soirs avec 7 sur 7 de 1984 à 1997.
Elle livre ainsi une photographie des médias sur plus de trente-cinq ans : leurs transformations au fil du temps, l’introduction du privé, de TF1 à Berlusconi, l’évolution politique de la France, ses conditions de travail mais aussi ses regrets dont ceux d’avoir laissé à sa mère ou à d’autres, le soin de s’occuper de ses deux fils lorsqu’ils étaient petits.
La suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2021/06/15/anne-sinclair/