La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

instants trés simples
EAN13
9791090294578
ISBN
979-10-90294-57-8
Éditeur
Contrejour
Date de publication
Nombre de pages
184
Dimensions
30,5 x 24,5 x 2,3 cm
Poids
1300 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

instants trés simples

Contrejour

Indisponible

Ce livre est en stock chez 5 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
En deux décennies, Claude Batho a produit une oeuvre d’une rare sincérité. Opérant dans le cadre circonscrit de son univers familial, la photographe a patiemment construit sa photographie à l’abri des regards. Sous son objectif se déclinent les mille et une variations d’une poésie du quotidien : une lumière de fin d’après-midi, un coin de cheminée, un enfant qui s’ennuie.

Alors que les femmes photographes font l’objet ces deux dernières années d’une relecture et d’une (re) mise en valeur, l’oeuvre de Claude Batho est encore méconnue. Pour en saisir toute la complexité, il nous faut plonger dans l’intimité de son univers qui décrit tout autant sa condition de femme – épouse et mère – à une époque où le féminisme voit le jour que son combat quotidien avec le temps qui passe, hélas trop vite pour elle. Mais la puissance de son oeuvre réside également dans son acharnement à percer un certain mystère de la photographie.

Réalisé avec la participation de son mari John Batho, ce livre voit le jour grâce au soutien de la Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie qui accueille aujourd’hui son archive.

Dès son plus jeune âge, Claude Batho dessine et peint. En 1950, elle est admise à l’École supérieure des arts appliqués Duperré à Paris. C’est grâce à son père qui lui offre son premier appareil photo qu’elle vient à la photographie. Elle se spécialise dans la reproduction documentaire aux Archives nationales de France, où elle rencontre son mari John Batho, lui- même photographe. En 1975, elle réalise un portfolio intitulé Portraits d’enfants, dont les modèles sont Marie-Angèle et Delphine, leurs deux filles. Cet ensemble permet à la photographe d’affirmer un style empreint de sensibilité dans des photographies en noir et blanc au thème classique. En 1977, elle expose une sélection d’images à la galerie Agathe Gaillard à Paris et acquiert une notoriété grâce au livre qu’Antoinette Fouque, directrice des Éditions des femmes, lui propose de publier : Le Moment des choses (1977). Atteinte d’un cancer, la photographe décède en 1981. Une exposition organisée au Musée d’art moderne de la ville de Paris lui rend hommage l’année suivante.
S'identifier pour envoyer des commentaires.