La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Le Faussaire suivi de la Muette
EAN13
9782848765938
ISBN
978-2-84876-593-8
Éditeur
Philippe Rey
Date de publication
Collection
Littérature étrangère
Nombre de pages
208
Dimensions
23 x 15 x 1 cm
Poids
314 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Faussaire suivi de la Muette

Philippe Rey

Littérature étrangère

Offres

Le faussaire
Un jeune romancier – et narrateur de cette histoire – rencontre dans un concours de poésie le bouillonnant Bian HongQi, poète, pacifiste, faussaire et buveur. Bian HongQi emménage dans la colocation que partagent l’écrivain en herbe, un étudiant juriste et sa femme. Les cinq ont en commun d’être provinciaux, d’aimer les livres et d’adorer Pékin, qui brasse des gens de toute origine. Le romancier observe l’énergique débrouille illégale de Bian HongQi, ses tiraillements tragicomiques entre une entreprenante petite Pékinoise et sa femme, douce et sage, restée dans la petite ville où elle enseigne le dessin, et s’en inspire pour écrire. Mais Bian HongQi ne se décide pas à choisir entre les deux femmes, il ment, contourne, évite, ne veut rien perdre. Et sa situation affective est totalement bloquée lorsqu’il est arrêté par la police, tabassé « à l’ancienne » et dégrisé de son rêve pékinois… Le faussaire s’en sortira-t-il ? 

La muette
Wang Yiding, modeste libraire, est convoqué au commissariat où la police lui « remet » une jeune fille muette, Xi Xia, qui l’a fait chercher au moyen d’un bout de papier où sont griffonnés son adresse et son numéro de téléphone. Le jeune homme refuse, puis finit par accepter pour la dépanner. Quelle n’est pas sa surprise de la voir s’installer et tenter de le charmer ! Wang, célibataire et solitaire, cherche à se débarrasser de l’intruse, puis s’habitue à cette présence serviable et discrète. Bien qu’il ne connaisse rien de l’histoire de la jeune fille, il la trahit plusieurs fois, pour l’éconduire, la perdre, la confier, l’abandonner dans un train, etc. Xi Xia déjoue chaque ruse, puis s’en montre si affligée que l’attachement le gagne. 

Dans ces textes au style direct et ironique, l’auteur décrit la vie difficile des immigrés à Pékin. Ces intellectuels provinciaux, qui quittent leur pays natal dans l’espoir de réussir dans la capitale chinoise, se retrouvent le plus souvent à tirer le diable par la queue, habiter des logements insalubres, exercer des petits boulots et parfois sombrer dans la délinquance. Xu Zechen restitue un Pékin marginal, peuplé de personnages déracinés.
S'identifier pour envoyer des commentaires.