La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Brice F.

par (Libraire)
12 novembre 2020

Un formidable roman de pirates, mêlant fiction et récit autobiographique. Des personnages truculents, des aventures palpitantes, et un style direct, oral parfois, qui fait mouche.
À découvrir, marins d'eau douce !

par (Libraire)
7 novembre 2020

Tempête sur Douarnenez, La Fontenelle est de retour !
La rumeur dit qu'on aurait vu le célèbre brigand, mort depuis le XVIIe siècle, perpétrer vols et pillages entouré de sa bande. Curieux également, il semble surtout s'en prendre à tous ceux qui cherchent à se rendre sur l'île Tristan, son ancien fief devenu havre de paix et de convivialité. Qu'à cela ne tienne, Lucien est là ! Alors qu'il est venu passer les vacances d'hiver chez ses grands parents, et participer à la grande fête des Gras, l'enquêteur en herbe peu commun et débrouillard va investiguer avec sa fougue débordante, et tenter de dissiper les spectres qui veulent semer la terreur sur la cité penn sardin.
Très beau travail à nouveau de Delphine Le Lay (scenario) et Alexis Horellou (dessin), à la suite du déjà réussi tome 1, L'empreinte de H. Price. Une palette de couleurs dans des tons chauds et pastels, une intrigue habilement menée, c'est un véritable coup de cœur pour cette BD jeunesse, qui plaira aussi aux plus grands !

par (Libraire)
27 octobre 2020

Un chef d'oeuvre.

" Chaque fois que, dans un monastère de Kyôto ou de Nara, l’on me montre le chemin des lieux d’aisance construits à la manière de jadis, semi-obscurs et pourtant d’une propreté méticuleuse, je ressens intensément la qualité rare de l’architecture japonaise. Un pavillon de thé est un endroit plaisant, je le veux bien, mais des lieux d’aisance de style japonais, voilà qui est conçu véritablement pour la paix de l’esprit. Toujours à l’écart du bâtiment principal, ils sont disposés à l’abri d’un bosquet d’où vous parvient une odeur de vert feuillage et de mousse ; après avoir, pour s’y rendre, suivi une galerie couverte, accroupi dans la pénombre, baigné dans la lumière douce des shôji et plongé dans ses rêveries, l’on éprouve, à contempler le spectacle du jardin qui s’étend sous la fenêtre, une émotion qu’il est impossible de décrire. Au nombre des agréments de l’existence, le Maître Sôseki comptait, paraît-il, le fait d’aller chaque matin se soulager, tout en précisant que c’était une satisfaction d’ordre essentiellement physiologique ; or, il n’est, pour apprécier pleinement cet agrément, d’endroit plus adéquat que des lieux d’aisance de style japonais d’où l’on peut, à l’abri de murs tout simples, à la surface nette, contempler l’azur du ciel et le vert du feuillage. "

par (Libraire)
27 octobre 2020

L'haletante fuite en avant d'un homme poursuivi par la responsabilité de ses actes. Témoignage glaçant de l'immédiat après-guerre au Japon, Yoshimura relate avec froideur et précision chirurgicale les affres de la guerre, ainsi que la pesante et difficile reconstruction d'un pays tout autant meurtri et ravagé que les âmes qui le peuplent.
Saisissant.

par (Libraire)
27 octobre 2020

Une ode somptueuse au football brésilien, autant qu'une réflexion sur les fondements sociologiques du peuple carioca.
Régal !