La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Anne-Lise D.

Normal People

Éditions de L'Olivier

22,00
par (Libraire)
18 mars 2021

J'ai beaucoup aimé ce roman de Sally Rooney. La difficulté d'être et les sentiments amoureux sont universels, graves et légers.
En lisant "Normal people", j'étais constamment accompagnée par Marivaux, Kundera et "L'anamour" de Gainsbourg...

Normal People

Sally Rooney

Olivier

par (Libraire)
18 mars 2021

J'ai beaucoup aimé ce roman de Sally Rooney. La difficulté d'être et les sentiments amoureux sont universels, graves et légers.
En lisant "Normal people", j'étais constamment accompagnée par Marivaux, Kundera et "L'anamour" de Gainsbourg...

Le Ladies Football club
par (Libraire)
9 février 2021

Savoureux, vif et extrêmement drôle

1917 en Grande-Bretagne. Onze ouvrières d’une usine d’armement décident de créer un Ladies Football Club. Stefano Massini nous raconte, à sa manière toute singulière, les tribulations et le quotidien de ces femmes devant faire face aux préjugés. Savoureux, vif et extrêmement drôle ! Cela fait un bien fou !!!

Les choses humaines
par (Libraire)
3 février 2021

J’ai trouvé ce livre très intéressant et plus encore, intelligent et pertinent. Les questions de la violence faite aux femmes, des rapports dominant, dominé du féminisme aujourd’hui sont abordés de telle façon que le lecteur ne peut se dérober. Le portrait de Claire, féministe et mère d’un garçon accusé de viol, est très réussi. Sa critique de nos sociétés contemporaines est juste et implacable.

Le ghetto intérieur
par (Libraire)
3 février 2021

Admirable de justesse !

Un jour de 1942, Vicente (le grand-père de l’auteur) a cessé de parler ; il s’est tu. Quatre mots essentiels pour évoquer le très, très beau texte de Santiago H. Amigorena, la culpabilité de ne pas être un bon juif et d’avoir abandonné sa mère dans le ghetto de Varsovie, l’absence aux autres et au monde, l’impuissance qui ronge et qui étouffe et puis le silence, ce silence implacable et inexorable. Il n’y a rien de trop dans ce livre pudique, intime et universel.
Le ghetto intérieur : où lorsque qu’écrire convoque les mémoires et brise les silences. Admirable de justesse !