La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Nathalie M.

IL EST ENCORE TEMPS !

Blondel J-P.

Actes Sud

14,50
par (Libraire)
15 juin 2020

Pourquoi ?

Lou est en dernière année de collège. Après un état de sidération face à l'urgence climatique, elle se retrouve chez le médecin qui entend sa détresse. Il l'invite à agir pour défendre ce en quoi elle croit.
Le souci, c'est que Lou ne croit plus en quelque avenir possible.
Pourquoi étudier, se forger un avenir si l'humanité court à sa perte, de détruire la planète qui la porte ?
Et puis, elle découvre Greta Thunberg, sa réflexion et ses actions menées.
Elle s'aperçoit ainsi que d'autres ont les mêmes inquiètudes qu'elle et qu'il ne sert à rien de rester isolée à se morfondre.
Lou, peu à peu, assume son désir d'agir de tout ce qu'elle sait et souhaite accomplir avec les autres pour changer la donne.
Par l'organisation d'une manifestation pour le climat, avec d'autres, elle fait le choix de s'engager, d'alerter, de manifester, d'ouvrir les consciences dans l'espoir que chacun prenne conscience de l'urgence.
Quoi de plus porteur à vivre que d'agir et de s'en donner les moyens ?
Lecture pour ados et parents d'ados.

Miss Islande
par (Libraire)
13 juin 2020

Liberté et création

Hekla porte le nom d'un volcan, dont son père est passionné.
C'est une très jolie jeune femme, indépendante, dont d'aucun imagine très bien qu'elle pourrait concourir au titre de Miss Islande.
Or, Hekla n'a d'autre ambition que d'écrire.
Elle a déjà publié sous pseudonyme tant il est difficile dans les années 60 d'être publiée quand on est femme.
Elle prend donc des boulots qui lui laissent le temps de l'écriture.
Son meilleur ami, Jon John Johnsson est passionné de couture et homosexuel.
On sent le tiraillement de Jon à vivre et assumer sa sexualité dans une société qui rejette, cache, punit l'homosexualité.
Iseyja est la meilleure amie d'Hekla et écrit elle-aussi.
Elle est mariée et déjà mére de deux petites.
Elle se débat pour continuer d'écrire, pour n'être pas enfermée dans sa situation de mère au foyer.
Dans cet ouvrage, on perçoit la lutte de chacun des personnages à être qui il est en toute liberté, de ne pas rentrer dans les cases fermées que pose la société de cette époque.
Il sort de cet ouvrage une grâce insolite des liens entre les personnages qui deviennent sans concession, mais avec douceur et délicatesse les uns vis à vis des autres.
Aussi, c'est un bel exercice de réflexion tout au long de l'ouvrage sur ce qu'est qu'être écrivain.

Voyage au bout de la nuit
par (Libraire)
4 juin 2020

Donner à voir

Proposition de lecture et relecture de Céline, par l'ouvrage de Tardi qui invite à revenir y musarder, encore et encore.
On sait Céline, peut-être même l'a-t-on lu.
Si c'est le cas, il y a grande chance que le choix de lire se soit porté sur Voyage au bout de la nuit.
L'écriture de Céline, entre toutes détectable, au plus près de l'âme humaine, dans un corps à corps permanent, nul ne peut y être indifférent.
On aime ou on n'aime pas.
La pertinence de Tardi, comment la saisir ?
De ses illustrations, il donne à voir ce qu'on percevait des mots.
Textes et dessins semblent avoir été travaillés en commun, ce qui ne fut pas le cas, on le sait bien.
C'est dire combien Tardi s'est imprégné de l'oeuvre de Céline.
Mieux, Tardi donne le plaisir impensable de la redécouverte d'un ouvrage, comme si on le lisait pour la première fois.
Alors, ce cheminement de Bardamu comme autant de tribulations tout au long de la vie, on le revit, de regards et points de vue qui amplifient l'oeuvre initiale magistralement.

L'exil n'a pas d'ombre

Éditions Bruno Doucey

14,00
par (Libraire)
3 juin 2020

Poésie

Une femme et un homme marchent.
Ils traversent le désert vers la mer.
Elle est des mots.
Il est des sens.
Elle, ne le sait pas.
Lui, la sait.
Il marche dans ses pas.

Rien de plus à en dire,
Vous inviter au récit qui se lit, intime.
C'est un bijou de poésie.

Ephéméride

Rouzeau, Valérie

Table Ronde

16,50
par (Libraire)
2 juin 2020

Vivre en poésie

Valérie Rouzeau a réuni des post-it, des bouts de pensées, des mots sur feuillets dispersés ici ou là et a formé cet éphéméride, dont elle avait le titre, avant même d'en laisser filtrer toute la poésie du contenu.
C'est un journal en poésie qui dit les choses du quotidien, vécues ailleurs et là où elle est allée en vrai avec cette impression d'un petit pas sur le côté pour percevoir autrement, restituer délicieusement les lieux, les situations et les êtres rencontrés.
Les souvenirs affluent, comme vécus au présent d'être posés en mots de contextes nouveaux.
Des références aux grands poètes, en veux-tu en voilà, aux connaissances, aux amis, à la famille, qui du coup deviennent familiers, issus tous d'une même grande famille.
On perçoit l'avancée et les difficultés rencontrées, voire les ratages à faire advenir ses projets, de ce que ce n'est pas si simple comme pour tout un chacun que de vivre en poésie.
Et puis, ce que c'est la poésie, ce que c'est qu'être poétesse ou poète, on l'effleure, on le perçoit, on le côtoie, on y pense et réfléchit tout le long de l'ouvrage.
Pour tout le partage que c'est, c'est un très bel ouvrage de poésie qui se vit.