La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Emmanuel V.

2,00
par (Libraire)
2 mai 2020

Une évasion en Algérie, une experience sensible...

Pour une prolifération des modes de relations

Myriam Suchet

Du Commun

par (Libraire)
2 mai 2020

Le livre d'après !

Myriam Suchet l'écrit dès la couverture de son livre :"Nous sommes arrivés à ce qui commence. Et dire que ce n'est pas la première fin de l'histoire / ni la dernière / c'est un peu décevant, peu héroïque, mais c'est là. Maintenant. Notre tour" Celui d'être ensemble, de faire relation autrement, de penser le lien, les liens que l'ont tissent entre nous, entre ce que nous savons.
Voici un livre unique en son genre, qui fait des liens entre les savoirs. Un livre qui n'invente rien, un livre qui transmet du savoir et en le transmettant, le transforme. Un livre ludique, une oeuvre pour celles et ceux qui seraient tentés.es de penser Pour une prolifération des modes de relations, parce qu'en fin de compte, L'Horizon est ici.

Pour une prolifération des modes de relations

Myriam Suchet

Du Commun

par (Libraire)
30 avril 2020

Le livre d'après !

Myriam Suchet l'écrit dès la couverture de son livre :"Nous sommes arrivés à ce qui commence. Et dire que ce n'est pas la première fin de l'histoire / ni la dernière / c'est un peu décevant, peu héroïque, mais c'est là. Maintenant. Notre tour" Celui d'être ensemble, de faire relation autrement, de penser le lien, les liens que l'ont tissent entre nous, entre ce que nous savons.
Voici un livre unique en son genre, qui fait des liens entre les savoirs. Un livre qui n'invente rien, un livre qui transmet du savoir et en le transmettant, le transforme. Un livre ludique, une oeuvre pour celles et ceux qui seraient tentés.es de penser Pour une prolifération des modes de relations, parce qu'en fin de compte, L'Horizon est ici.

par (Libraire)
23 avril 2020

Sans blague

Vous ne trouvez pas que la réalité dépasse souvent la fiction, par exemple : un Italien, parti à Londres pour devenir ingénieur, rejoint une compagnie de circassien pour devenir chasseur de trésor pour le compte de la couronne d'Angleterre.
Fiction ou réalité ?
Réalité !
On est au XIXe siècle, l'Italien s'apppelle Giambatista Belzoni. Autodidacte et téméraire, il parviendra à devenir ingénieur, en mettant à profit sa sagacité pour dénicher les vestiges de la civilisation des pharaons, dans les déserts d'Égypte et de Nubie. Accompagné de Sarah, son épouse, et des membres de leur troupe de cirque, ils travailleront pour le compte de l'Empire britannique dans une zone du monde où les puissances coloniales européennes se déchirent pour spolier les plus belles pièces du moyen orient. De leur voyage il reste des carnets, ceux de Sarah et Giambattista.
Lucie Castel et Grégory Jarry exhument leurs péripéties en faisant se croiser avec brio et dérision, d'un côté le récit et les gravures de leur voyage, de l'autre le récit imaginé de leur quotidien auprès des populations locales. Une méthode doucement irrévérencieuse pour que la fiction adoucisse la réalité.
Et puis, parole de libraire, prendre le temps de lire un bon journal de bord, ça pourra éviter à beaucoup d'encombrer les boîtes aux lettres des éditeurs à la sortie du confinement...

par (Libraire)
23 avril 2020

Sans blague

Vous ne trouvez pas que la réalité dépasse souvent la fiction, par exemple : un Italien, parti à Londres pour devenir ingénieur, rejoint une compagnie de circassien pour devenir chasseur de trésor pour le compte de la couronne d'Angleterre.
Fiction ou réalité ?
Réalité !
On est au XIXe siècle, l'Italien s'apppelle Giambatista Belzoni. Autodidacte et téméraire, il parviendra à devenir ingénieur, en mettant à profit sa sagacité pour dénicher les vestiges de la civilisation des pharaons, dans les déserts d'Égypte et de Nubie. Accompagné de Sarah, son épouse, et des membres de leur troupe de cirque, ils travailleront pour le compte de l'Empire britannique dans une zone du monde où les puissances coloniales européennes se déchirent pour spolier les plus belles pièces du moyen orient. De leur voyage il reste des carnets, ceux de Sarah et Giambattista.
Lucie Castel et Grégory Jarry exhument leurs péripéties en faisant se croiser avec brio et dérision, d'un côté le récit et les gravures de leur voyage, de l'autre le récit imaginé de leur quotidien auprès des populations locales. Une méthode doucement irrévérencieuse pour que la fiction adoucisse la réalité.
Et puis, parole de libraire, prendre le temps de lire un bon journal de bord, ça pourra éviter à beaucoup d'encombrer les boîtes aux lettres des éditeurs à la sortie du confinement...