La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Elizabeth P.

Illska Le mal
17 février 2017

Agnès, jeune thésarde écrit un mémoire sur l’ extrême droite en Europe. Elle aime Omar, mais aussi Arnor, un néonazi.
Voilà pour la petite histoire. Mais elle est imbriquée dans la grande histoire.
Une grande puissance d’écriture pour un jeune auteur. Quelle maîtrise !
Un roman complètement inhabituel sur l’histoire de l’holocauste et des victimes de la seconde guerre mondiale.
Un roman complexe dans la construction, où l’on ne sait pas toujours qui est le narrateur, où plusieurs histoires sont racontées simultanément.
Un roman historique et contemporain sur l’Islande et la Lituanie.
Un roman aux thèmes abondants : le bien et le mal, l’influence des origines, l’immigration, le racisme, la folie des Hommes, l’amour……
Un roman qui s’adresse directement au lecteur et le laisse maître de ses opinions.
Un roman peu commun qui interpelle et mobilise l’esprit.

L'aimant, Roman magnétique d'aventures maritimes

Roman magnétique d'aventures maritimes

Intervalles

22 janvier 2017

Gabriel Chanteloup, jeune belge de vingt ans, embarque à bord d’un cargo pour un an.
D’Anvers à Buenos-Aires, c’est parti pour des aventures rocambolesques.
Entre la vie à bord et les escales, les évènements se succèdent.
Un pur roman d’aventures allant de l’humour au fantastique. Pas de temps morts, de l’action en permanence.
Nous voilà sur les traces de Jules Verne et d’Edgar Allan Poe. D’ailleurs la couverture, jolie en l’occurrence, n’est pas sans rappeler celles des livres de Jules Verne.
Les illustrations de Riff Reb’s sont très belles et très parlantes.
Nul doute que ce roman ravira les amateurs d’aventures maritimes et de fantastique.

Vera Kaplan
13,00
10 janvier 2017

L’histoire de Vera Kaplan, c’est celle véridique de Stella Goldsclag, une jeune juive berlinoise qui, pour sauver ses parents de la mort, collabore avec les nazis en dénonçant d’autres juifs.
Pour raconter cette histoire, l’auteur imagine un journal intime et une lettre que Vera, à la veille de son suicide, à 72 ans, envoie à sa fille en Israël.
Or, sa fille, qui lui fut retirée enfant et qu’elle n’a jamais revue, est aujourd’hui décédée. C’est le petit fils qui reçoit donc toutes ces informations qui vont bouleverser la vision qu’il a de sa famille dont il ne savait rien.
Elle est très ambivalente, Vera, fascinante aussi. Sa pulsion de vie qui aurait pu être un atout en temps de paix devient vite monstrueuse en temps de guerre.
On la comprend sans l’excuser.
Comment se comporte l’être humain en situation désespérée ? Comment aurions-nous fait ? C’est toute la question que pose ce livre.
Laurent Sagalovitsch a bien su mettre en scène la vie de Vera, en utilisant cette lettre et ce journal intime. Seule semble romancée l’intervention du petit fils.
Un extrait qui résume bien sa vie :
« Née à Berlin en 1922.
Dès le départ elle n’avait aucune chance pour que son histoire finisse bien »

Camille et merveille

Serge Safran Éditions

18,90
9 janvier 2017

coupable, non coupable ?

Camille vend des couteaux à huîtres révolutionnaires sur les foires. Il aide sa voisine, impotente et acariâtre dans de menues besognes, et est plus ou moins ami avec son voisin, un immigré colérique.
Un jour il rencontre une jeune femme dont il tombe éperdument amoureux. Merveille. Mais quel est le lien entre elle et ses deux voisins ?

Les personnages sont sympathiques et touchants, même les voisins malgré leurs sales caractères.
C’est un roman sans prétention, mais prenant, vivant, tout en dialogues,
sur le thème de l’amour entaché par la calomnie et le doute qu’elle engendre.
Le suspens monte, et, comme Camille, on ne sait plus qui croire.

Avec les pires intentions
30 décembre 2016

Grandeur et décadence

Grandeur et décadence !
La société juive romaine dans toute sa splendeur.
Du grand-père, Casanova invétéré, flambeur, sans moralité, au petit-fils, Daniel, une famille d’où ressortent tous les excès du « mâle » italien et toutes les caractéristiques du comportement juif.
Les personnages, aux personnalités outrancières, sont presque caricaturaux.
La seconde partie est plus réservée à Daniel et ses amours malheureuses.
Voilà une famille passée au peigne fin. Trois générations s’y succèdent, avec des sauts dans le temps, de telle façon que l’on s’y perd un peu.
Choquant parfois, excessif souvent, un peu brouillon, mais très intéressant.