La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Elizabeth P.

Les Déraisons
18,00
19 février 2018

Comme un petit air de Bojangles

220 pages de pur bonheur.
Et pourtant, les deux sujets principaux traités sont dramatiques : la mise au placard dans une entreprise, et la mort d’un conjoint.
Mais quelle écriture ! Quel ton !
Adrien rencontre Louise, ils s’aiment, se marient. Mais quelques années plus tard, lors d’une restructuration de son entreprise, il se trouve relégué au fin fond d’un couloir, sans ordinateur, sans téléphone…..
Au même moment, Louise tombe malade, cancer du poumon.
Il décide alors de ne plus aller à son bureau inutile et de consacrer tout son temps à l’amour de sa vie.
Louise est un personnage exceptionnel. Fantasque, inventive, bizarre, créatrice, folle, légère, à l’imaginaire débordant…..
Elle nous entraîne à la suite d’Adrien, dans une vie loufoque et joyeuse, pleine de poésie et de chimères, malgré les métastases, malgré la mort imminente.
Le désespoir est tenu en silence par l’humour et par l’amour.
Elle joue avec les mots, nomme les objets, les fait vivre.
Une aventure folle, et douce, et belle même si on sait qu’elle sera vouée à l’inéluctable.
Dans cette folie douce initiée par Louise, on retrouve un peu la même ambiance que dans « En attendant Bojangles »
On sourit, on rit, autant qu’on a envie de pleurer.
C’est toujours un immense bonheur de découvrir un premier roman de cette qualité.
L’écriture d’Odile d’Oultremont est tout simplement superbe.
Elle a réussi à faire passer tout ce qu’elle voulait faire passer, avec un immense talent.
Quel bonheur de tomber sur un livre de cette intensité.

La désertion
16 février 2018

Eva Silbert a disparu
Quatre parties dédiées à quatre personnages pour tenter d’élucider ce mystère
Frank, son patron qui abusa beaucoup d’elle, il faut bien le dire, et se sent responsable de cette disparition
Marie-Claude, sa collègue et amie qui s’interroge et se remet en question
Paul, son amant, un homme étrange, hors norme
Eva elle-même
Elle semble paumée cette Eva. Passive dans ses relations, trop impliquée dans son boulot, un peu portée sur la bouteille….
Une étrange histoire pour une étrange fille
Une angoisse et un mal-être planent tout au long de la lecture
Selon les personnages, leur vision d’Eva est différente
Mystère ? rêve ? réalité sordide ? folie ?
Elle nous fait passer par tous les stades cette Eva, et laisse pas mal de zones d’ombre.
Emmanuelle Lambert, d’une écriture originale et soignée, nous entraîne dans toutes ses dérives et la rend fascinante.

Autoportrait à la guillotine
6 février 2018

Autoportrait…… Autobiographie…… Auto-analyse……. ;
Le tout sur fond de révolution.
Depuis sa plus tendre enfance, l’auteur est obsédé par la révolution, fasciné par la guillotine.
Au point qu’il pense avoir été guillotiné dans une vie antérieure.
Il est pris de passion pour tous les ouvrages, tous les films concernant cette période.
Les férus d’histoire devront y trouver leur compte..
Pour ma part, ce livre m’a parfois lassée, parfois agacée, parfois intéressée.
J’y ai trouvé beaucoup d’auto-complaisance, un peu d’arrogance, de prétention, en même temps qu’une souffrance obsessionnelle, une mal-être, une remise en question.
Les passages sur son enfance agréable, bien entourée, sont ceux que je préfère. Il s’y livre avec tendresse et humour.
Mais pour ma part, c’est le genre d’autobiographie un peu complaisante, plutôt nombriliste, que je n’affectionne pas particulièrement

Les voyages de Daniel Ascher
4 février 2018

Un excellent premier roman

C’est toujours intéressant un premier roman. Découvrir un nouvel auteur.
On n’a pas d’attente particulière, juste l’espoir d’être agréablement surpris, juste une grande curiosité.
Et bien là, mas curiosité ne m’a pas déçue, j’ai été complètement emballée par ce livre.

Hélène, étudiante à Paris loge dans une chambre de bonne chez son grand-oncle.
Enfant, elle n’aimait pas tellement cet homme qui par contre ravissait tous les autres enfants de la famille en leur racontant des histoires extraordinaires.
Il est d’ailleurs devenu écrivain et a publié une série de romans d’aventures qui a passionné toute une génération de jeunes, dont Guillaume, le nouveau petit ami d’Hélène.
Bourlingueur, son grand-oncle, Daniel, n’est pas souvent là Paris et quand il y est, il l’agace toujours autant
Mais petit à petit ils vont s’apprivoiser. Elle va se mettre à lire ses livres qu’elle n’avait jamais lus.
Et à son contact et par ses livres, elle va découvrir tous les secrets de sa vie étrange et surtout de son enfance. Elle ira même aux Etats-Unis pour en savoir plus.
Jusqu’à découvrir une vérité insoupçonnée qui rendra enfin adulte ce vieil oncle fantasque.

Le style est classique et irréprochable
Au fil des courts chapitres, on découvre avec Hélène la vie peu commune de Daniel Ascher, ses nombreux voyages, et comment l’écriture l’a sauvé d’un drame d’enfance si mal cicatrisé.
Si Hélène peut sembler un peu froide ainsi que sa famille, ses recherches l’humanisent.
Daniel et Guillaume, extravagants, gais, éternels enfants, sont eux d’emblée très sympathiques.
Outre l’histoire, c’est une réflexion sur la shoah, sur la transmission, sur les rêves offerts aux enfants, sur la survie par le rêve et par l’écriture, sur les secrets de famille, sur la filiation.
Un roman plus dense qu’il n’y paraît de premier abord et qui passionne très vite.

Belle merveille
1 février 2018

Séisme, choléra, ouragan….. En quelques années, rien n’est épargné à Haïti
Et au milieu de ces catastrophes, Bernard, survivant lucide, s’éprend d’Amore une italienne bénévole dans une ONG
Elle lui propose un voyage à Rome, et dans l’avion, des flashs des évènements le submergent.
Une belle histoire d’amour sur un fond de violence naturelle et déstructurante.
Les auteurs haîtiens, Dany Laferrière en tête m’émeuvent particulièrement
Il s’en dégage, comme c’est le cas ici une poésie et une sensualité très fortes., une lucidité dans les faits, une énergie dans le désespoir qui ne peut laisser indifférent.