La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Alex-Mot-à-Mots

http://alexmotamots.fr/

Alex L., lectrice compulsive, presque anonyme.
Ayant une préférence pour les bons polars, mais aimant aussi les autres genres (sauf la SF, pitié....)

Conte d'exploitation
26 février 2012

Voilà un roman dans l'air du temps. Le personnage principal y fait de nombreuses réflexions et appartées sur la vie politique actuelle, l'officielle et la people.

Un humour sympathique, parfois décapant, mais pas trop.

Deux enquêtes rondement menées sans temps morts.

Mais je suis étonnée que l'auteure n'ait pas mis un pluriel dans son titre, car il est question de deux façons d'exploiter les gens. Un conte sur les exploitations possibles de l'homme par l'homme. Heureusement, Partouche connait son "art de la guerre" par coeur.

L'image que je retiendrai :

Celle du départ de l'enquête : un travesti retrouvé dans un conteneur à ordure avec ses cou... dans la bouche.

http://motamots.canalblog.com/archives/2012/01/29/23049139.html

La vengeance du loup
26 février 2012

Qu'il fait froid à Mende en décembre, la ville est comme repliée sur elle-même. Les personnages sont peu nombreux, mais ils cachent bien leur jeu, ce sont tous des taiseux.

Même la femme d'Eugène se tait, elle qui pourrait en dévoiler, des secrets, sur la famille Lefort.

Sans oublier Hugo, le fils de la fille Lefort, qui, la nuit, se transforme en loup pour à la fois effrayer les méchants et aider les gentils.

Vous l'avez compris, il ne faut pas avoir l'esprit trop cartésien pour adhérer aux propos de l'auteur.

Mais il sait si bien raconter son histoire, planter ses personnages et nouer les fils de l'intrigue, que je me suis laissée entraîner dans cette aventure lycanthropique.

Et puis il y a aussi le vrai méchant, le docteur Merlieux, qui détient une connaissance magique afin d'influencer les esprits faibles.

Un vrai régal, si on sait se laisser prendre au charme de la plume de l'auteur.

L'image que je retiendrai :

Celle de la neige qui recouvre tout, empêchant parfois les personnages d'aller travailler (je connais, dur, dur...)

http://motamots.canalblog.com/archives/2012/01/27/23049079.html

Polina
20,00
26 février 2012

Je ne m'attendais pas à une bande-dessinée aussi épaisse (il faut dire que je n'avais pas regardé le nombre de page avant). Pourtant, j'ai littéralement dévoré cette histoire en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Dessin minimaliste tout en nuance de gris, peu de dialogues, beaucoup d'expression corporelle, un dessin très sensuel. Je suis tombée sous le charme, malgré mon peu d'attrait pour ce graphisme noir-et-blanc.

Une ballerine qui sait ce qu'elle veut et qui dit ce qu'elle pense. Mais un destin bien étrange pour cette petite fille douée.

Une histoire qui m'a fait fondre (ce qui n'était jamais arrivé avec une bande-dessinée), mais la danse et moi, n'est-ce pas...

Un livre que je vais garder précieusement.

L'image que je retiendrai :

Il y en a tellement qui me plaisent. Faisons un choix : la dernière, celle de Polina à Paris, regardant une vidéo envoyée par son professeur.

http://motamots.canalblog.com/archives/2012/01/25/23158158.html

Meurtre chez tante Léonie
26 février 2012

Oui, le résumé est bien pauvre et ne rend pas justice à l'intrigue.

Adeline Bertrand-Verdon est retrouvée morte dans la chambre de la Tante Léonie de Marcel Proust (oui, oui, celui-ci). Le commissaire Foucheroux et son adjointe Leila sont donc dépéchés sur l'enquête.

Seulement tous les suspects, présents au dîner la veille du meurtre, ont quelque chose à cacher. Le commissaire devra donc faire la lumière sur les motivations et l'emploi du temps de chacun, y compris sur la personnalité de la défunte, arriviste et calculatrice.

Un roman intéressant car aucun second rôle n'est oublié, tous les personnages sont agréablement campés et donnent envie de les suivre.

La description de la maison de Tante Léonie est un passage fort poignant, comparant réalité et fiction.

J'ai donc passé un agréable moment de lecture.

L'image que je retiendrai :

Celle du petit jardin de la Tante, car dans mes souvenirs des lectures de Proust, il était plus grand.

http://motamots.canalblog.com/archives/2012/01/23/22990982.html

Mon père couleur de nuit
23 janvier 2012

Un roman avec les mots et la vision d'une enfant sur le passé de son père.

Et quel passé. Car le père "a le camp". Déporté et revenu physiquement des camps, il n'en est pas revenu dans sa tête et les histoires qu'il raconte à ses enfants sont celles du camp.

Ces enfants, les 3, sentent que quelque chose ne va pas dans leur famille, mais ils aiment leur père et ses histoires. Même si cela les oblige, eux aussi, à "être dans le camp".

Car les histoires du père sont racontés sans fioriture, à chaque chapitre une nouvelle anecdote.

Un roman avec des mots simples qui décrit de quelle façon l'homme peut-être un loup pour l'homme.

L'image que je retiendrai :

Celle du père, fumant après le repas, et racontant une histoire.

http://motamots.canalblog.com/archives/2012/01/22/22981305.html