La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Où vont nos nuits perdues et autres poèmes
EAN13
9782070467501
ISBN
978-2-07-046750-1
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Poésie/Gallimard
Nombre de pages
320
Dimensions
18 x 17 x 1 cm
Poids
258 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Où vont nos nuits perdues et autres poèmes

De

Préface de

Gallimard

Poésie/Gallimard

Offres

«Le choix d'entrer en poésie découle d'une étreinte conflictuelle ou inapaisée avec le monde. Il prend sa source dans une affliction, un manque ou une inquiétude. Tout poète perçoit la vie comme livrée à l'énigme, exposée à d'imprévisibles assauts ou à d'absurdes turbulences. Sa mission relève du "qui vive ?". Factionnaire inassouvi, incrédule et insoumis, il ne se résout pourtant pas à jouer à la sentinelle immobile, au veilleur d'ombres hébété. L'auteur s'extrait de ses guérites pour explorer les chemins de crête, les venelles sans âge et les sentiers jusque-là esquivés, entre le désir d'épouser les beautés du réel et l'amertume de ne glisser que sur ses éphémères surfaces. D'où un déchirement, celui d'une perplexité anxieuse qui se force à la ferveur, celui d'une chasse à "ce qui reste après l'oubli", quand la mémoire a consumé tous les grimoires et toutes les vieilleries mentales. "Non rien ne naît si fort que du mot qui l'invente et choisit / L'aube ou la nuit tout lui appartient tout est permis l'eau / Rouge l'aveu le sable mauve ou le rêve fou de deux reines..." Telle est la dualité que psalmodient les recueils d'Alain Duault. Le cœur blessé est aux aguets, pour résister au vertige ou à la dépression, pour déchiffrer les arcanes d'une incohérence obsédante et pour y capter, vaille que vaille, des lumières d'espérance, trouant les ombres, irradiant semences et promesses. Sa parole est ardente, animée, pleine de sève, car qui chante son mal l'enchante. On a parfois l'impression qu'elle joue un rôle d'autopersuasion, comme si elle voulait, coûte que coûte, entre épicurisme frugal et total enivrement, transcender un désarroi et narguer de stériles récriminations. Elle est cette "folie qui fait écrire comme / Ces papillons qui vibraient dans la tête de Schumann". Elle commence donc par se défier de toute ratiocination et d'un intellectualisme asséchant, pour exalter les sensualités que nous pouvons fugacement posséder. Elle largue les amarres, en bateau ivre. Le tragique affleure partout mais sa componction est ici refoulée : la méditation sur la perte et sur la mort, lancinante comme une basse obstinée, se métamorphose en parole de revanche et de célébration. La seule terre promise est là, ici-bas, précaire et frémissante.» Xavier Darcos.
Ce volume contient : Où vont nos nuits perdues - Une hache pour la mer gelée - L'effarant intérieur des ombres - Ce qui reste après l'oubli - Les sept prénoms du vent.
S'identifier pour envoyer des commentaires.