La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Les Solennels, Textes et dessins inédits
EAN13
9782916275208
ISBN
978-2-916275-20-8
Éditeur
Dilecta
Date de publication
Collection
Bibliothèque des curieux
Nombre de pages
120
Dimensions
17 x 10,5 x 1 cm
Poids
92 g
Langue
français
Code dewey
844
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les Solennels

Textes et dessins inédits

De ,

Édité par

Dilecta

Bibliothèque des curieux

Indisponible
e Jacques Vaché (1895-1919), ce météore considéré comme une figure fondatrice du surréalisme, la critique s’est employée à faire l’un des modèles de « l’artiste sans œuvre ». Avec la publication de cet ouvrage intitulé Les Solennels, le mythe du « dandy des tranchées » s’éclaire d’un autre jour. « Résurrection de Jacques Vaché », écrit même Stéphane Pajot en titre de l’article qu’il consacre aux Solennels dans le quotidien nantais Presse-Océan.
À la veille de la première guerre mondiale, Jacques Vaché décide avec Jean Sarment de réunir, sous le titre Les Solennels, des textes courts écrits à quatre mains dans un esprit de satire sociale. C’est ce recueil que nous publions aujourd’hui.
Le présent ouvrage contient deux autres textes inédits de la même époque, « La Parente pauvre » et « Ma vie est un long pourrissement », ainsi qu’un portrait littéraire de Jacques Vaché par Jean Sarment, publié pour la première fois.
Cette édition est illustrée de plusieurs photographies de Jacques Vaché et Jean Sarment, et de plus de vingt dessins au trait réalisés par Jacques Vaché, beaucoup d’entre eux restant jusqu’ici inconnus.
La préface resitue Jacques Vaché au sein du groupe des Sârs, auprès de Jean Sarment, Pierre Bisserié et Eugène Hublet – ses amis de jeunesse – puis aborde ses liens aux temps originels du surréalisme, pour enfin examiner l’enjeu littéraire qu’a pu représenter le « personnage ». Vecteur d’idées dont la capacité à susciter des relectures ne s’est pas démentie, le « dandy des tranchées » est devenu une figure mythique de la littérature. S’abandonnant au dialogue singulier et conflictuel qu’André Breton et Jean Sarment inaugurèrent au lendemain de sa disparition – un échange inachevé qui se poursuivit durant plus de trente années – Jacques Vaché s’est inventé un destin littéraire hors du commun, celui d’un homme de lettres dont l’identité s’est en définitive déployée à travers l’œuvre d’autrui. Inscrit successivement comme mythe fondateur du surréalisme, puis comme « héros du négatif » au panthéon lettriste, pressentant son destin posthume de « bartleby » de la littérature (cf. Jean-Yves Jouannais et Enrique Vila-Matas), Vaché « laisse aux autres le soin d’expliquer et de discuter [s]a personnalité d’après celles indiquées ». [Lettre de guerre à André Breton, 11 octobre 1916]
S'identifier pour envoyer des commentaires.