La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Datura
EAN13
9782709646710
ISBN
978-2-7096-4671-0
Éditeur
JC Lattès
Date de publication
Collection
Romans historiques
Nombre de pages
450
Dimensions
22 x 14 x 0 cm
Poids
488 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez 2 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
François abandonne un passé mort de cartographe à Dieppe et retourne à Goa en 1620. Il a résolument tourné la page pour commencer une nouvelle vie. Admis à Lisbonne à l’école des pilotes de la Carreira da India, la route des Indes, il s’appellera désormais Francisco da Costa.
Arrivé à Goa, il retrouve Asha, l’indienne à qui il avait fait la promesse de revenir et de l’épouser. Mais celle-ci lui apprend également que Margarida, la senhora portugaise, second amour de François, a été empoisonnée par son mari. Si elle a échappé à la mort, elle a en revanche perdu la mémoire et vit désormais dans un établissement religieux. François va chercher à rétablir la vérité, et à trouver un remède pour la sauver. Il veut également lui ramener Francisco, le fils qu’il lui a donné, ce qui le conduira à travers l’empire portugais assiégé par les Anglais et les Hollandais qui s’imposent en Orient. D’Ormuz à Malacca, de Macau à Batavia les deux Francisco traversent des aventures haletantes dans lesquelles interviennent notamment un cavalier fantomatique, un brahmane et l’étrange Hou quan, un puissant trafiquant chinois.
Le fil rouge du roman est le datura dont Goa fait un large usage. Poison violent, contrepoison ou aimable hallucinogène, le datura est l’instrument subtil et redoutable d’un enchaînement d’incidents qui traversent cette chronique, dans l’environnement opulent, suave, malsain et cruel de l’Orient des grandes compagnies au premier tiers du XVIIe siècle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur François Bellec