La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Augustin Lesage, Elmar Trenkwalder, les Inspires, [exposition, Paris, la Maison rouge, 11 juin-7 septembre 2008]
EAN13
9782849751497
ISBN
978-2-84975-149-7
Éditeur
Fage éditions
Date de publication
Collection
VARIA
Nombre de pages
96
Dimensions
23,5 x 16,5 x 1,1 cm
Poids
348 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
709.22
Fiches UNIMARC
S'identifier

Augustin Lesage, Elmar Trenkwalder, les Inspires

[exposition, Paris, la Maison rouge, 11 juin-7 septembre 2008]

De , , ,

Fage éditions

Varia

Indisponible
Augustin Lesage et Elmar Trenkwalder se distinguent autant par l'époque que par la forme d'art à laquelle on les rattache (l'art brut pour le premier, l'art contemporain pour le second). Et pourtant, les constructions architecturales imaginaires de ces deux artistes singuliers combinent un vocabulaire formel emprunté à différentes traditions stylistiques : Lesage comme Trenkwalder proposent des oeuvres symétriques et ornementales savamment construites dans lesquelles prédomine la fonction symbolique. Augustin Lesage, ouvrier mineur à Ferfay dans le Pas-de-Calais, devient peintre à 35 ans après une révélation dans une galerie de la mine. Intégré au milieu spirite qui lui reconnaît les qualités de médium, encensé par les surréalistes grâce à ses dessins automatiques, il échappe à une impitoyable fatalité sociale et abandonne son activité de mineur en 1923 pour se consacrer entièrement à la peinture jusqu'à sa mort en 1954. L'intérêt d'Elmar Trenkwalder pour l'œuvre d'Augustin Lesage naît quelques années avant son entrée aux Beaux-Arts de Vienne, lorsqu'il découvre dans les pages d'une revue une reproduction de la première toile de Lesage. Dès les années 1980, Elmar Trenkwalder se forme en autodidacte à la sculpture et réalise ses premières pièces en ronde-bosse (en bronze, terre cuite, ou terre cuite émaillée), opérant une transition entre le plan du tableau et le volume de la sculpture : ses sculptures monumentales puisent dans de multiples références mais restent indéfectiblement liées à l'architecture. Chez les deux artistes, l'utilisation de métaphores, d'allégories et d'ornementations oscillent entre le plan et le relief , la peinture et la sculpture dans un esprit emprunt de symbolisme pour « produire un monde plein d'hallucinations, d'associations inattendues et de monstres fabuleux » ( Peter Weiermair). Les œuvres d'Augustin Lesage comme celles d'Elmar Trenkwalder sont à la fois énigmatiques, fascinantes, mystiques et spectaculaires : l'art devient le lieu de la métamorphose.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Savine Faupin