La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Œuvres en prose, Récits et essais
EAN13
9782070112555
ISBN
978-2-07-011255-5
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Bibliothèque de la Pléiade (396)
Nombre de pages
1280
Dimensions
1 x 1 x 3 cm
Poids
510 g
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Code dewey
833.912
Fiches UNIMARC
S'identifier

Œuvres en prose

Récits et essais

De

Autres contributions de

Gallimard

Bibliothèque de la Pléiade

Offres

Dans sa remarquable préface, Claude David émet l'hypothèse que l'œuvre toute entière de Rilke s'édifie sur une absence, celle de la mère. Il va radicalement à l'absence, c'est-à-dire à la mort qui «mûrit en nous comme un fruit». Car la mère, qui n'est même pas morte (si on peut dire), s'est absentée et la retrouver, c'est l'halluciner. Ainsi s'ouvre le temps et l'œuvre s'inaugure. Par des spectres, qui donnent à voir l'invisible. On sait que le Golem erre dans Prague comme Rilke ne cessera d'errer à la recherche de fantômes qui habilleraient la disparue. «Même Dieu, évoqué presque à chaque page, ce Dieu sans passé, sans tradition, sans contour, sans dogme, n'est guère différent d'une absence. Et les choses elles-mêmes ne sont à leur tour qu'un masque et qu'un décor» note Claude David. Comme les anges dans les églises baroques de Prague, elles sont suspendues dans le vide qui seul leur donne un sens. Dans ce «manchon de néant, à revêtir des déguisements et des masques, soudain on ne se reconnaît plus. Ce n'est jamais la chose, ni l'être que l'on trouve, mais seulement son image, sa représentation». Le deuil, pour s'apaiser, cherche une relique : l'œuvre comme ombre portée de la mère ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Rainer Maria Rilke