La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Les Elixirs du diable
EAN13
9782251830070
ISBN
978-2-251-83007-0
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
Bibliothèque allemande
Nombre de pages
432
Dimensions
19 x 12 x 2 cm
Poids
440 g
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Aux côtés du Moine de Lewis (1795) et du Melmoth de Maturin (1820), Les Elixirs du Diable (1816) figure parmi les chefs-d'œuvre absolus du "roman noir" de la période romantique. Pour Hoffmann, ce récit de toutes les indécences et de tous les excès - Henri Heine relève qu'il y a là "les choses les plus terribles, les plus effrayantes que puisse imaginer l'esprit humain" - n'était rien moins que le pivot secret autour duquel devait s'orienter toute son œuvre de conteur...

Texte déconcertant à coup sûr, où viennent se fondre, comme en un creuset, toutes les intuitions du Romantisme allemand.

Contemporain des Tableaux nocturnes, ce roman singulier, touffu et passionnant a exercé une influence considérable sur toute la littérature de la deuxième moitié du XIXe siècle ( la première édition étrangère paraît en Angleterre, en 1824, la seconde en France, en 1829) il a fondé toute la réflexion narratologique sur le fantastique moderne, défini non pas comme une allégeance naïve au surnaturel, mais comme une poétique de l'incertain, refusant de trancher quant à la primauté de l'imaginaire ou des realia, quant à leur propriété respective pour dire la relation de l'individu au monde. Freud ne s'y est pas trompé qui, dans son essai sur Das Unheimliche, reconnaît dans les Elixirs du Diable le modèle exemplaire de la littérature de l'"inquiétante étrangeté".
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Ernst Theodor Amadeus Hoffmann
Plus d'informations sur Jean-Jacques Pollet