La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Heureux ceux qui sèment et ne récoltent pas
EAN13
9782931137079
ISBN
978-2-931137-07-9
Éditeur
ACCRO EDITIONS
Date de publication
Collection
LES MOTS (1)
Nombre de pages
168
Dimensions
22 x 14,5 x 1,2 cm
Poids
242 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Heureux ceux qui sèment et ne récoltent pas

De ,

Traduit par

Préface de

Accro Editions

Les Mots

Indisponible

Ce livre est en stock chez 2 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Imaginez un homme, un poète, qui au cours de sa vie ne publie que onze poèmes. Rien que onze poèmes, en hébreu - une langue qui renaît après des millénaires d'oubli. Contre toute attente, son auteur se voit aussitôt reconnu par ses pairs comme l'un des poètes les plus doués et audacieux en ce début de XXe siècle. Abraham Sonne, ou Abraham Ben-Yitzhak sous son nom de plume, incarne alors l'espoir de l'ancienne langue ressuscitée. Mais cet espoir ne se concrétisera que partiellement, car Ben-Yitzhak cesse complètement de publier pendant douze longues années. Puis, en 1928, il réapparaît avec un dernier poème, intitulé « Heureux ceux qui sèment et ne récoltent pas ».

Alors Ben-Yitzhak cède la place au « Dr. Sonne ». Le premier rejoint l’Olympe des lettres, le second fréquente, tous les jours à la même table, le Café Museum de Vienne. "Avec son regard d’ascète et son visage émacié, cet homme réservé mais doté d’un charisme singulier, qui avait écrit peu et à contrecoeur, impressionnait – par son érudition, son intelligence, et surtout par ses silences épiques – des intellectuels tels que Hermann Broch, Elias Canetti, James Joyce, Soma Morgenstern, Arthur Schnitzler, Robert Musil, Hugo von Hofmannsthal, le musicien Arnold Schönberg, le peintre Georg Merkel..." (Marco Filoni, La Repubblica)

Fascinés par le personnage, le prix Nobel de littérature Elias Canetti et la pionnière de la poésie hébraïque Leah Goldberg ont relaté de leurs plumes vivaces leurs tête-à-tête avec cet esprit exceptionnellement vaste et profond : Canetti dans la Vienne d'avant l’Anschluss, épicentre de la culture européenne, et Goldberg ensuite, à Jérusalem et dans la ville moderniste de Tel-Aviv. Leurs récits accouplés ici en un même ouvrage se lisent telle une oeuvre de fiction tant la tension y est forte et y vibre la passion. Face au Dr. Sonne, écrit Canetti, "on sentait cette supériorité intangible qui faisait que quand il avait épuisé un argument on se sentait illuminé." Pour Goldberg, Sonne était "le premier poète hébreu dont l’horloge n’indiquait pas seulement l’heure aux Hébreux, mais scandait le temps de la littérature mondiale."

Chapitre 1 : « L''Homme bon », de Elias Canetti, traduction de l’allemand, Walter Weideli (© Albin Michel)
Chapitre 2 : « Rencontre avec un poète », de Leah Goldberg, traduction de l’hébreu, Dan Drai (© Accro Éditions)
Préface : Marco Filoni
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...