La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

2, La Révolution, Un vent d'acier
EAN13
9782752906250
ISBN
978-2-7529-0625-0
Éditeur
Phébus
Date de publication
Collection
Littérature française (2)
Séries
La Révolution (2)
Nombre de pages
994
Dimensions
2 x 1 x 0 cm
Poids
680 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

2 - La Révolution, Un vent d'acier

De

Phébus

Littérature française

Indisponible

Autre livre dans la même série

LE LIVRE

L’écrivain Robert Margerit, connu pour ses romans empreints d’Histoire et de légendes, s’est lancé à la fin des années 1950 dans une entreprise aussi inédite qu’ambitieuse : « raconter » la Révolution française à travers les aventures d’une poignée de personnages de fiction frayant avec les figures historiques que furent Robespierre, Danton, Desmoulins, Saint-Just, Louis XVI et Marie-Antoinette.

Douze années ont été nécessaires à la naissance de cette fresque passionnante et particulièrement réussie.

Les Éditions Phébus, après avoir réuni en un seul volume les deux premiers volets de cet ensemble, propose, selon la même formule, les deux derniers tomes de cette incroyable saga :

Tome 1 : L’Amour et le temps – Les Autels de la peur (2010).

Tome 2 : Un vent d’acier – Les Hommes perdus.

« Oui, décidément, plus je lis et relis cette œuvre unique en notre littérature, plus s’impose à mes yeux cette évidence, cette certitude : si de tous les ouvrages que notre siècle a consacrés à la Grande Révolution il me fallait n’en garder qu’un, ce serait celui-ci. » georges-emmanuel clancier

L’AUTEUR

Né en 1910 à Brive-la-Gaillarde et décédé en 1988, Robert Margerit se consacra tout d’abord au journalisme – il fut notamment rédacteur en chef du Populaire du Centre. En 1942, il entama une féconde carrière de romancier. Julien Gracq déclara dans son pamphlet La Littérature à l’estomac (1950) : « Le seul roman français qui m’ait jamais intéressé depuis la Libération est un roman obscur de Margerit, Mont-Dragon. » Robert Margerit obtint en 1951, devant Samuel Beckett, le prix Renaudot pour Le Dieu nu.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...