La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

La septième vague
EAN13
9782246765813
ISBN
978-2-246-76581-3
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Littérature Etrangère
Nombre de pages
352
Dimensions
20,5 x 14 cm
Poids
352 g
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Code dewey
850
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l'unissait en esprit avec Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas de chair, pas d'avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d'amour où l'on ne connaît pas le visage de l'autre ? Où l'on rêve de tous les possibles ? Où l'on brûle pour un(e) inconnu(e) ? Où les caresses sont interdites ? "Pourquoi veux-tu me rencontrer ?" demande Léo, inquiet. "Parce que je veux que tu en finisses avec l'idée que je veux en finir" répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l'amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit. Léo et Emmi finiront de s'esquiver pour mieux... s'aimer !
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

8 novembre 2012

Léo a fui Emmi et leur amour aussi virtuel qu'impossible pour un long séjour à Boston. Par habitude et pour conjurer le manque, la jeune femme continue de lui envoyer des mails mais ils lui sont automatiquement renvoyés. Et puis, ...

Lire la suite

16 avril 2011

Dans "Quand souffle le vent du nord", Emmi et Léo avaient fait connaissance par mails interposés. Peu à peu, un lien tendre et doux était né entre eux. Un lien qui n’avait pas été du goût du mari d’Emmi qui ...

Lire la suite

6 avril 2011

J’ai lu ce livre avec la ferveur d’une première communiante ! C’est pour vous dire !! Et j’ai même menti pour pouvoir le lire d’un seule traite (bizarrement, je ne ressens toujours aucune honte…). Car une fois commencé, impossible de ...

Lire la suite