La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Revue du crieur - numéro 18
EAN13
9782348067389
ISBN
978-2-348-06738-9
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Nombre de pages
160
Dimensions
24 x 18 x 1 cm
Poids
420 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Revue du crieur - numéro 18

De

La Découverte

Offres

L'anthropologie est une discipline paradoxale : science de l'altérité en ce qu'elle décrit les modes de vie et de pensée de collectifs humains auxquels n'appartient généralement pas l'ethnographe, elle est aussi une écriture du commun, qui s'attache à décrire les grands invariants et mythes fondateurs structurant les sociétés. Au XXIe siècle, les cartes ont été rebattues : peut-on continuer à penser le commun alors que ce qui nous unit n'est rien d'autre que la perspective du désastre ? Comment encore exprimer l'altérité lorsque les premiers mondes dévastés par la catastrophe écologique sont précisément ceux que les anthropologues étudient, quand eux-mêmes appartiennent aux sociétés responsables du délabrement du monde ? De quelle manière garder vivante l'anthropologie et pour quelles raisons ? Refusant de conclure à l'obsolescence d'une telle démarche, l'anthropologue Nastassja Martin répond que ce sont la langue, l'attention à la parole, le souci de traduire la diversité des êtres qui permettront de résister à la perte des mondes. " Une terre qui était belle a commencé son agonie, sous le regard de ses sœurs voltigeantes, en présence de ses fils insensés. " Les " fils insensés " du poète René Char, nous dit Nastassja Martin, se doivent désormais de protéger la dignité des vivants.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur La Découverte / MEDIAP