La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Le pouvoir de guérir
EAN13
9782379311642
ISBN
978-2-37931-164-2
Éditeur
HUMENSCIENCES
Date de publication
Collection
QUOI DE NEUF EN
Nombre de pages
176
Dimensions
22 x 15 x 1 cm
Poids
284 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Vous êtes hospitalisé et vous avez plus de 65 ans, il est préférable que le médecin qui s'occupe de vous soit une femme plutôt qu'un homme. On vous découvre une maladie, si votre généraliste se montre optimiste, vous avez plus de chance de guérir. Votre salaire est élevé, votre espérance de vie sera supérieure à la moyenne. Vous êtes très entouré, votre survie peut augmenter de 90 % par rapport aux personnes socialement isolées. Et si vous avez un chien, sa seule compagnie fait chuter votre risque cardio-vasculaire.

Pour la première fois, un livre écrit par un biologiste de l'évolution révèle les liens profonds entre santé, relations sociales, solitude et place dans la société. Et c'est vrai chez toutes les espèces : les animaux qui entretiennent des liens sociaux forts et stables se reproduisent mieux et vivent plus longtemps.

Autant de facteurs déterminants que la médecine feint d'ignorer. De même qu'elle méprise « l'effet placebo ». Ce phénomène étrange de guérison sans médicament, qui opère lorsqu'un autre prend le temps de s'intéresser à nous. Comme l'explique l'auteur, études comparatives à l'appui, c'est la raison du succès de l'homéopathie. Si une consultation classique dépasse rarement les 15 minutes, l'homéopathe reste en moyenne trois quarts d'heure avec son patient. Or la durée de consultation influe sur la guérison. Le même principe s'applique aux psychothérapeutes.

Las, dans sa course à la performance, à la médication, à la technologie, la médecine moderne a perdu « l'art de guérir », dont l'une des principales composantes est l'attention à l'autre. Ce livre est un plaidoyer pour une médecine plus humaine. Pour le bien de tous, patients et médecins.
S'identifier pour envoyer des commentaires.