La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Ordesa
EAN13
9782364683976
ISBN
978-2-36468-397-6
Éditeur
Sous-Sol
Date de publication
Collection
FEUIL FICTION
Nombre de pages
398
Dimensions
23 x 16 x 2 cm
Poids
513 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

“Mon coeur ressemble à un arbre noir couvert d'oiseaux jaunes qui piaillent et me perforent la chair.” Tel est l'autoportrait brut et sans tabou d'un écrivain confronté à la disparition de ses parents. Assailli par les fantômes de son passé, il retrouve espoir dans le souvenir baigné de lumière jaune de leur amour et de la beauté d'antan. À travers l'évocation d'une famille modeste, c'est alors la peinture d'une certaine Espagne qui se révèle à nous dans toute sa complexité. L'appartenance à une classe sociale, l'éducation, l'alcoolisme ou encore la paternité sont autant de sujets traités ainsi de façon personnelle et collective à la fois. Profondément sincère, bruyamment intime, merveilleusement écrit dans une langue à la fois poétique et crue, Ordesa se lit comme la catharsis d'un deuil impossible, celui de la mort de nos parents et de la fin d'une époque, une expérience pour le moins universelle. Phénomène de librairie en Espagne, Ordesa a été désigné Meilleur livre de l'année par les grands quotidiens El País et El Mundo, imposant Manuel Vilas comme un écrivain majeur de la littérature espagnole. “Voici l'album, les archives, la mémoire sans mensonges ni consolation d'une vie, d'une époque, d'une famille, d'une classe sociale condamnée à tant d'efforts pour obtenir si peu. Il faut beaucoup de précision pour dire ces choses, un acide, un couteau aiguisé, une aiguille assez fine pour faire éclater le ballon de la vanité. Ce qui reste à la fin, c'est l'émotion propre de la vérité et la détresse devant tout ce qui a été perdu.” Antonio Muñoz Molina “Un livre magnifique, courageux et bouleversant” Javier Cercas

Prix Fémina Etranger 2019
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

15 septembre 2019

Au nom des parents

__Anéanti par le chagrin après la mort de sa mère survenue en 2014, neuf ans après celle de son père, Manuel Vilas se sent orphelin. Récemment divorcé et père de deux adolescents distants, l’auteur quinquagénaire se considère comme un raté ...

Lire la suite

par (Libraire)
21 août 2019

Deuil qui s'écrit

C'est le deuil des parents qui ne se fait pas, qui se fera peut-etre d'écrire. Manuel Vilas écrit la mort de son père, puis celle de sa mère. Il parle aussi, peu à peu, des autres disparus de sa famille. ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Isabelle Gugnon