La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Nomad's land, Éleveurs, animaux et paysage chez les peuples mongols
EAN13
9782930601397
ISBN
978-2-930601-39-7
Éditeur
Zones Sensibles
Date de publication
Nombre de pages
224
Dimensions
21 x 16 x 1 cm
Poids
400 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Nomad's land

Éleveurs, animaux et paysage chez les peuples mongols

De

Zones Sensibles

Offres

Cet ouvrage est un essai sur les relations que les éleveurs nomades entretiennent avec leur environnement chez deux peuples mongols, en Mongolie et en Sibérie du Sud. Il propose une vaste synthèse de la littérature publiée sur le sujet dans de nombreuses langues occidentales et orientales, mais est aussi et surtout le fruit d’une vingtaine de mois d’enquête cumulés sur le terrain entre 2008 et 2015. Grâce à sa connaissance des langues (mongol, bouriate, russe) et ses séjours prolongés, l’auteur entraîne le lecteur dans l’intimité et la vie quotidienne des éleveurs. Ce livre se concentre sur les aspects spatiaux du pastoralisme nomade, et notamment sur les manières dont les éleveurs envisagent et mettent concrètement en œuvre l’occupation de l’espace, à partager avec des être non humains, que ce soient des animaux domestiques, sauvages, ou encore des entités invisibles. En comparant les situations de peuples mongols de part et d’autre de la frontière mongolo-russe, il donne également à voir un continuum culturel mongol malgré l’inscription dans des trajectoires historiques et politiques différentes.

La grande originalité de l’ouvrage réside dans l’abondante cartographie, résultat de données GPS de première main collectées par l’auteur, qui donne à voir les itinéraires de nomadisation des éleveurs et les trajets quotidiens des différents troupeaux sur les pâturages. Les nombreuses cartes, accompagnées d’une analyse fine des données, offrent une meilleure compréhension de toute la complexité des relations en jeu entre les éleveurs, leurs animaux – chevaux, chameaux, bovins, moutons, chèvres et chiens – et leur environnement partagé, ainsi que des manières dont systèmes sociaux et écologiques interagissent entre eux à travers des boucles d’actions et rétroactions.

En ces temps de changements climatiques extrêmement rapides sur ces terrains, et plus généralement à l’ère de l’« Anthropocène » – concept qui implique que l’homme est devenu une force géologique majeure qui agit sur la terre –, les relations que les humains entretiennent avec leur environnement sont devenues, dans la plupart des endroits du monde, un enjeu écologique, économique, politique et éthique majeur. Dans ce contexte, la grande division entre nature et culture qui caractérise les visions du monde occidentales est lentement en train de s’effondrer. Loin de vivre « en symbiose » ou en « harmonie » avec leur environnement, comme se plaisent souvent des Occidentaux à s’imaginer ou à présenter les Mongols, ils ne nous donnent pas moins, en se refusant eux-mêmes à toute relation de domination exclusive sur les animaux et les ressources naturelles, l’occasion de réfléchir aux relations que nous-mêmes voulons entretenir aujourd’hui avec notre environnement.
S'identifier pour envoyer des commentaires.