La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Maurice Garçon. Procès historiques, L’affaire Grynszpan (1938). Les piqueuses d’Orsay (1942). L’exécution du docteur Guérin (1943). René Hardy (1947 et 1950)
1 autre image
EAN13
9782251449289
ISBN
978-2-251-44928-9
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Nombre de pages
208
Dimensions
24 x 16 x 1 cm
Poids
345 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Maurice Garçon. Procès historiques

L’affaire Grynszpan (1938). Les piqueuses d’Orsay (1942). L’exécution du docteur Guérin (1943). René Hardy (1947 et 1950)

Les Belles Lettres

Offres

Maurice Garçon (1889-1967) fut l’un des plus grands avocats du XXe siècle. Parmi ses 17 500 dossiers plaidés entre 1911 et 1967, conservés aux Archives Nationales, certains attirent particulièrement l’attention.
Maurice Garçon (1889-1967) fut l’un des plus grands avocats du XXe siècle.
Parmi ses 17 500 dossiers plaidés entre 1911 et 1967, conservés aux Archives Nationales, certains attirent particulièrement l’attention.
Herschel Grynszpan, le meurtrier de l’attaché culturel de l’ambassade d’Allemagne à Paris qui, en 1938, voulut par son geste dénoncer les persécutions dont les juifs allemands étaient les victimes.
Les « piqueuses d’Orsay », expression désignant les infirmières accusées, dans la panique de la débâcle de juin 1940, d’avoir tué plusieurs malades intransportables avant de fuir leur hôpital.
Cinq étudiants, exécuteurs en mai 1943 à Poitiers du docteur Guérin qui, sous le pseudonyme de Pierre Chavigny, vantait dans la presse les mérites de la collaboration.
Enfin, le grand résistant René Hardy, l’organisateur de la « bataille du rail », accusé d’avoir trahi et livré Jean Moulin aux Allemands.

Ces quatre affaires présentent un intérêt historique majeur. Maurice Garçon y dissèque, avec son acuité coutumière, arcanes politiques et méandres de l’âme humaine. Il y révèle aussi l’étendue de son immense talent, lui qui, disait Paul Morand, « eut démontré que la malle était vide s’il avait défendu l’assassin de quelque malheureuse coupée en morceaux », tant il y avait dans sa conception de la défense une part de prestidigitation.
Gilles Antonowicz explore la manière de travailler du grand plaideur, sa technique, son éthique. [...] Autant de procès qui sont aussi les témoins de l’histoire, où Garçon construit sa défense en disséquant arcanes politiques et méandres de l'âme humaine.
En retraçant quatre de ses plus célèbres procès, ce livre donne la mesure de l’immense talent de ce grand bourgeois mondain, hautain et détesté du palais. [...] Des pages passionnantes, alliant les plaidoiries retrouvées de Garçon, son regard aigu et grinçant, sa rage de convaincre aux temps bouleversés qu’elles décrivent.
S'identifier pour envoyer des commentaires.