La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Un bon garçon

Un bon garçon

Paul McVeigh

Philippe Rey

  • par (Libraire)
    9 mai 2016

    Sensible et doué, Mickey rêve d’intégrer un bon collège loin des brutes de son quartier. Hélas, il apprend que son père a bu l’argent de sa bourse et l’idée de rejoindre son collège de secteur à la rentrée l’angoisse énormément. En attendant, Mickey est en vacances, il se raconte des histoires et rêve d’Amérique, mais il lui est interdit de sortir, car à Belfast dans les années 80, c’est la guerre civile. Un roman à hauteur d’enfant, bourré d’humour et de fantaisie, qui fait paraître d’autant plus absurde les affrontements entre catholiques, protestants et forces de l’ordre britanniques.


  • par (Libraire)
    16 avril 2016

    « Belfast, années 1980. Le temps des vacances d’été, le jeune Mickey doit s’occuper de sa petite sœur et fait tout pour aider sa mère. Le quotidien n’est pas simple entre un père qui boit tout l’argent du ménage, les descentes de l’armée britannique et les garçons qui se moquent de lui. Mettez vos pas dans ceux de Mickey, ce jeune garçon terriblement attachant, qui fait des gaffes en voulant bien faire. Une comédie sociale entre Roddy Doyle et Billy Elliot. So lovely ! »
    Valérie


  • 31 mars 2016

    Si ce roman se situe dans les années 60, à l'époque des Troubles (ce qui en fait un point fort à mes yeux), il a un point faible : j'ai toujours beaucoup de mal avec les romans d'apprentissage. Certains trouvent tout de même grâce à mes yeux mais ce ne fut pas le cas de celui-ci, à part pour les dernières pages, prévisibles mais touchantes. Comme je l'expliquais à Attila, les histoires de garçons qui découvrent les prouesses de leurs "zizis" (mot employé très souvent dans le roman) me laissent de marbre. Et sur le thème du premier baiser, j'ai nettement préféré le livre de Nicolas Delesalle, Un parfum d'herbe coupée. Alors certes, c'est parfois drôle et l'époque des Troubles me semble bien rendue, très proche du film Au nom du père que j'adore, mais des histoires avec des pères irlandais alcooliques et des mères qui passent leur temps à sauver les meubles, j'en ai peut-être trop lues pour y être encore sensible.


  • 20 mars 2016

    Une époque trouble.

    Premier roman de cet auteur né à Belfast. Dramaturge et nouvelliste, il est directeur du « London Short Story Festival ».
    Neuf semaines dans la vie d’un enfant avant sa rentrée à Saint Gabriel’s alors qu’il espérait aller à Saint Malachy’s. Donc autant de chapitres.
    La vie de Mickey avec tous ses problèmes existentiels ou familiaux et il en a beaucoup ! En particulier avec son père, qui est un adepte de la dive bouteille, et qui un jour quittera la maison.
    Il préfère jouer avec les filles, alors pour les autres garçons c’est au choix, une tapette ou un pédé !
    Hélas les filles souvent aussi le rejettent, alors il vit un peu dans les jupons de sa mère ; sa petite sœur « P’tite Maggie » semble la plus proche de lui. Son grand bonheur « Tueur » son chien, qui hélas sera une victime collatérale d’une bombe !
    Il est aux prises avec les tourments de son âge, les filles en particulier la belle et blonde Martine qui un jour lui demande de lui « rouler une pelle »…, chose qu’il ne fera pas !
    Sauf qu’ici l’action se passe à Belfast à l’époque des « Troubles » et la ville ressemble plus à un champ de bataille qu’à un jardin d’enfants ! De plus le quartier où vit la famille, Ardoyne, est un quartier populaire, catholique et républicain. C’est aussi un bastion de l’ I.R.A. Mais au loin on entend les protestants préparer leurs marches annuelles, et leurs musiques rythmées par de lourds tambours.
    Alors les mises à sac des habitations sont monnaie courante, les émeutes font partie des événements ordinaires, les bombes et les fusillades ne sont pas rares. Les jeunes filles catholiques sont liées à un poteau électrique et badigeonnées de plumes et de goudron pour avoir été vues avec des soldats britanniques. Les rares voleurs doivent rendre des comptes à l’I.R.A. Bref un excellent environnement pour une éducation apaisée.
    Michael (Mickey) Donnelly surnage avec une grande dose de naïveté dans un monde dur et violent. Sa famille, sa mère qui fait tourner la maison, son père alcoolique est parti et Mickey ne le regrette pas.
    Ses sœurs, Mary dite « Rougeole », la petite Maggie, sa préférée, Paddy son grand frère qu’il n’aime pas du tout. Après avoir été emprisonné et passé à tabac, il semble s’être rapproché des Républicains. Une famille ordinaire pour le quartier.
    Un mystérieux oncle Tommy fait soudainement son apparition dans le paysage… et il reste dormir une nuit dans la demeure familiale !
    Les garçons ont des surnoms plein d’estime, mais aussi de dérision, « Ma-mère-La-Pute », « Les Gros Durs », « La Tache », « Tête de Casque » et celui dont il est le plus proche « Péteur ».
    Les filles ne sont guère mieux loties, Martine son fantasme absolu, la seule qui trouve grâce à ses yeux. La pire pour Mickey est Briege McAnally qui se vante que son père, un chef de l’I.R.A, est en prison ! Pratiquement toutes les familles dans le quartier ont des membres de leur famille en prison !
    Il est à noter que d’une manière péjorative les Anglais sont toujours nommés « Les Angliches » !
    Un roman qui m’a fait penser à ce très bon livre de Jennifer Johnston « Des ombres sur la peau », la vie de tous les jours d’un enfant dans un Belfast en guerre ! Même trame, mère admirable, père alcoolique et grand frère pas très net ! Mais ici une grande dose d’humour adoucit le propos.
    Un très bon livre qui par les yeux de Mickey dédramatise cette période d’un conflit que les Britanniques refusent de nommer « guerre ».
    Un auteur à suivre.