La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

  • par (Libraire)
    16 mars 2018

    A malin malin et demi

    ’ai découvert Richard Russo il y a une quinzaine d’années avec Le déclin de l’empire Whiting (prix Pulitzer en 2001), puis j’ai enchaîné avec Un homme presque parfait (adapté au cinéma en 1994 avec Paul Newman), Quatre saisons à Mohawk, et enfin A malin, malin et demi, qui vient de paraître. Tous d’extraordinaires romans, publiés en France dans la collection Quai Voltaire, aux éditions de La Table Ronde. J’avais été un peu déçu par quelques autres romans mais j’ai retrouvé avec A malin, malin et demi un de mes auteurs préférés.

    North Bath, dans l’état de New York, n’est pas ce qu’on pourrait appeler une ville prospère et attrayante, dans laquelle il fait bon vivre. C’est même plutôt le contraire: des friches industrielles, un parc hôtelier à l’abandon, des bars miteux, et une fâcheuse tendance à attirer la poisse. C’est dans ce décor de bourgade insignifiante que les personnages de Richard Russo mènent leurs existences, ballotés comme tout un chacun par les aléas de la vie. Tantôt sympathiques et touchants, tantôt pathétiques ou détestables, tous sont humains et tentent de trouver le bon chemin vers une vie meilleure. Ou pas.

    Dit comme ça, ce dernier roman de Richard Russo ne semble pas très engageant, et pourtant, c’est un de mes plus gros coups de cœur de cet automne. J’ai retrouvé ce qui m’avait tant plu dans les premiers livres de cet immense auteur : une grande tendresse envers ses personnages, un humour fugace, un intérêt sensible pour le charme des vies ordinaires et pour le quotidien dans ce qu’il a de plus banal, une sensation de proximité avec la ville et ses habitants qui me fait penser que si je devais m’y rendre demain, je ne m’y sentirais pas étranger.


  • par (Libraire)
    28 février 2018

    Bon moment de distraction

    Que se passe t’il à North Bath, ville résignée au pathétique, qui ne connaît que catastrophes en chaîne et personnages hauts-en-couleur au moral bas ?
    Avec une drôlerie pleine d’empathie, Richard Russo en dévoile la fresque sociétale à travers 48 heures d’une chronique rythmée et intrigante mêlant violence, mort, secrets, humour absurde, questions existentielles, dialogues bien sentis et engluées maladroites de protagonistes, tous terriblement lointains, tous les liens se révèlent peu à peu pour un très bon moment de distraction.


  • par (Libraire)
    2 janvier 2018

    Drôle et tendre

    North Bath, dans l’état de New York, n’est pas ce qu’on pourrait appeler une ville prospère et attrayante, dans laquelle il fait bon vivre. C’est même plutôt le contraire: des friches industrielles, un parc hôtelier à l’abandon, des bars miteux, et une fâcheuse tendance à attirer la poisse. C’est dans ce décor de bourgade insignifiante que les personnages de Richard Russo mènent leurs existences, ballotés comme tout un chacun par les aléas de la vie. Tantôt sympathiques et touchants, tantôt pathétiques ou détestables, tous sont humains et tentent de trouver le bon chemin vers une vie meilleure. Ou pas.

    Dit comme ça, ce dernier roman de Richard Russo ne semble pas très engageant, et pourtant, c’est un de mes plus gros coups de cœur de cet automne. J’ai retrouvé ce qui m’avait tant plu dans les premiers livres de cet immense auteur : une grande tendresse envers ses personnages, un humour fugace, un intérêt sensible pour le charme des vies ordinaires et pour le quotidien dans ce qu’il a de plus banal, une sensation de proximité avec la ville et ses habitants qui me fait penser que si je devais m’y rendre demain, je ne m’y sentirais pas étranger.


  • par (Libraire)
    15 décembre 2017

    A malin, malin et demi

    North Bath, dans l’état de New York, n’est pas ce qu’on pourrait appeler une ville prospère et attrayante, dans laquelle il fait bon vivre. C’est même plutôt le contraire: des friches industrielles, un parc hôtelier à l’abandon, des bars miteux, et une fâcheuse tendance à attirer la poisse. C’est dans ce décor de bourgade insignifiante que les personnages de Richard Russo mènent leurs existences, ballotés comme tout un chacun par les aléas de la vie. Tantôt sympathiques et touchants, tantôt pathétiques ou détestables, tous sont humains et tentent de trouver le bon chemin vers une vie meilleure. Ou pas.

    Dit comme ça, ce dernier roman de Richard Russo ne semble pas très engageant, et pourtant, c’est un de mes plus gros coups de cœur de cet année 2017. J’ai retrouvé ce qui m’avait tant plu dans les premiers livres de cet immense auteur : une grande tendresse envers ses personnages, un humour fugace, un intérêt sensible pour le charme des vies ordinaires et pour le quotidien dans ce qu’il a de plus banal, une sensation de proximité avec la ville et ses habitants qui me fait penser que si je devais m’y rendre demain, je ne m’y sentirais pas étranger.


  • 24 août 2017

    Un sursis de bonheur

    Depuis le comptoir du bar où il a élu domicile, Sully contemple toute la vie de la petite ville de Bath sous ses yeux. Il en connaît chaque recoin et presque chaque habitant. Et il sait qu’il doit en profiter : les médecins lui ont diagnostiqué un sursis de deux ans avant de faire définitivement le grand saut…
    On retrouve avec bonheur Sully, rencontré dans un homme parfait. On fait surtout la connaissance de Douglas Raymer, chef de la police de North Bath, dont la femme vient de décéder alors même qu’elle s’apprêtait à le quitter. Et ce ne sont que deux des multiples protagonistes que nous présente l’auteur, et qui vont tous vivre les mêmes quarante-huit heures agitées.
    Car le talent de Richard Russo tient surtout à la minutie et l’acuité avec laquelle il décrit les liens humains tissés entre chaque personnage. Son style sensible, parfois amusant parfois grave, est mis tout entier au service de ses héros attachants et terriblement humains (même le chien !). Un roman fleuve émouvant et subtil dans lequel on se replonge tous les soirs avec le même bonheur.