La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Au pied du mur : roman noir

Elisabeth Sanxay Holding

Baker Street

  • 9 décembre 2013

    Lucia Holley vit avec son père et ses deux enfants au bord d'un lac. Son mari, Tom, est parti combattre dans le Pacifique. Nous sommes en pleine seconde guerre mondiale et les tickets de rationnement obligent toute la famille à quelques sacrifices. Grâce à la précieuse Sybil, sa bonne noire, Lucia arrive à faire croire aux siens qu'elle est une ménagère attentive et douée.
    L'histoire débute quand elle découvre que sa fille, Bee, s'est amourachée d'un individu peu recommandable. Individu qu'elle retrouve un matin empalé sur une ancre, dans un des canots, sous le hangar à bateaux. Persuadée que son père est impliqué et que le scandale guette, elle prend le bateau, et va cacher le corps dans les marais.
    Cette action insensée va la propulser dans un monde jusqu'alors inconnu : celui de la pègre.

    Coincée entre un maître-chanteur et un policier faussement débonnaire, Lucia se débat, s'agite, cherche des solutions, mais surtout, réfléchit à son rôle de mère au foyer, à ses choix de vie. Elle découvre aussi chez les autres femmes de la maisonnée - sa fille Bee, sa bonne Sibyl - des aspirations très éloignées des siennes qui lui révèlent son besoin d'indépendance.
    Ce roman est intéressant à double titre. D'une part, l'action est bien menée, le suspens maintenu de bout en bout, sans que l'auteure se laisser aller à une complaisance morbide. La partie est finement jouée, qu'il s'agisse de la narration, ou de l'écriture. D'autre part, l'histoire de cette femme, confrontée à elle-même et aux attentes des siens, par le jeu des circonstances, trace l'esquisse de cette génération que la guerre va profondément faire changer. C'est un roman subtil, bien de son époque - d'aucuns le trouveront peut-être suranné.
    Un extrait :
    " Je suis désolée, maman, reprit Bee, d'un ton sec, comme à regret ; mais je ne suis pas comme toi. Je ne vais pas vivre comme tu le fais. Si on peut appeler ça vivre. Se marier à dix-huit ans, en sortant du lycée. N'avoir rien vu ni fait grand-chose d'intéressant. Aucune aventure, une existence incolore. Tu aimes sans doute te sentir en sécurité. Eh bien, moi, je ne veux pas être en sécurité."


  • 7 décembre 2013

    Année 1942, Lucia Holley dont le mari est parti depuis trois sans se battre dans le Pacifique s’occupe de son vieux père et de ses deux adolescents. Elle a pour tâche la vie domestique du foyer en ce temps difficiles et doit se débrouiller avec un quota d'essence, les tickets de rationnement pour la nourriture. Heureusement, elle peut compter sur Sybil sa domestique Noire à son service depuis très longtemps.
    Durant l'été, Bee encore mineure s'amourache de Ted un homme beaucoup plus âgé qu'elle et Lucia comprend très vite que cet hommes n'est pas un ange. Lucia retrouve Ted mort dans leur hangar à bateaux alors qu'auparavant il était à son avec son vieux père.

    Pour protéger sa famille et éviter un scandale, Lucia amène le corps sur une île. Dès le lendemain, des hommes viennent sonner à la porte de Lucie à la recherche de Ted. Des hommes avec qui Ted trempait dans des magouilles, l'un deux possèdent des lettres que Bee a écrit à son amant et demande de l'argent.
    Lucia est confrontée à des situations que jamais elle n'aurait imaginé. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, elle va puiser en elle une force et une volonté incroyable ! L'intrigue est sans temps mort avec un vrai suspense mais surtout ce qui est très intéressant c'est que l'auteure nous dépeint le changement social et féministe qui s'opère durant ces années. Lucia n'a jamais travaillé, elle considère cela comme normal ( l'épouse se doit d'élever ses enfants et de s'occuper de son foyer) mais Bee affirme plus tard vouloir travailler pour être indépendante.
    Il se dégage de ce polar très bien mené (sans flic alcoolo et/ou dépressif) un charme suranné d'une époque en pleine mutation. L'écriture d'Elisabeth Sanxay Holding est économe, pleine de subtilités et j'ai savouré cette lecture !