La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

  • 25 juillet 2013

    Objet littéraire non identifié ! Plaisir de lecture garanti...

    Le roman de Heinrich Steinfest serait un polar ? La trame la plus visible pourrait le laisser penser : des hommes à travers le monde croquent dans une pomme empoisonnée et sont retrouvés morts quelques jours après cette fatale bouchée dans une contrée très éloignée de leur "home sweet home"... Lilli Steinbeck, policière autrichienne, en poste en Allemagne, se lance sur les traces du ou des meurtrier(s). Régulièrement, l'auteur rappelle dans son récit qu'il s'agit d'une enquête en convoquant sur les scènes de crimes, policiers, médecins légistes et en concédant quelques interrogatoires des proches des victimes.

    L'intérêt de ce roman est ailleurs, il vient pour beaucoup du personnage principal Lilli Steinbeck, à la silhouette exquise, à l'élégance raffinée mais qui arbore un nez "spectaculairement déformé". Celui-ci intrigue, interroge, aussi bien les protagonistes de cette histoire que le lecteur lui-même. Lilli aux multiples facettes va mener tambour battant son enquête et découvrir que derrière ces meurtres insolites se cache un jeu auquel se livrent quelques puissants de ce monde, deux camps pour lesquels les victimes ne sont que des pions. Elle va surtout nous entraîner dans une folle aventure où les péripéties les plus invraisemblables se succèdent sans que le lecteur rechigne. Faisons fi de la raison ! Des figurines Batman qui abritent de minuscules coléoptères, des dodos rescapés planqués sur une petite île, un détective obèse fasciné par la mort et que la mort évite avec soin, un nouveau-né qui rend ses parents chèvres et que seul le contact de Lilli peut calmer... Les pages défilent et le plaisir est toujours là, intact. Vite, le prochain rebondissement aussi loufoque soit-il ! Et puis, patatras, la fin... qui laisse le lecteur sur sa faim ! Heinrich Steinfest nous concocte une ellipse de deux ans : Lilli Steinbeck réapparaît après un long séjour en Extrême-Orient russe où elle était supposée retrouver le neuvième pion et lui éviter la mort. Plus question du jeu... Notre héroïne se case avec un millionnaire et devient mère de famille. A charge pour le malheureux qui s'est régalé jusqu'à la page 442 de se creuser les méninges pour comprendre comment le jeu s'est terminé et même s'il s'est terminé... Mais peut-il comprendre, ne serait-il pas, lui aussi, un pion entre les mains de l'auteur ?
    Chapeau bas : cet OLNI est un vrai bonheur de lecture !