La librairie vous accueille du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr

Home

Home

Toni Morrison

Christian Bourgois

  • 3 février 2013

    Etats-Unis, ségrégation

    J'avais un peu d'appréhension à lire ce texte "ramassé" de Toni Morrison, moi qui ne suis pas adepte des formes courtes et des ellipses. De plus, j'avais adoré "Beloved" quand j'étais adolescente, or ce texte est bien loin du roman qui a fait son succès.

    Bref, je me lance tout de même, et au final, je ne suis pas déçue.

    Oui, le texte est concis, mais la force de la plume de l'auteure fait que l'on comprend à demi-mots.

    Certes, le texte est haché, entre les souvenirs de Corée et le retour au présent, mais il représente le va-et-vient de la mémoire de Frank.

    La ségrégation est abordée en creux, jamais décrite directement. Car le lecteur, comme les noirs, ne pouvait s'expliquer le pourquoi du comment, ni lutter contre ce système.

    L'image que je retiendrai :

    Celle du soleil qui soigne le mal de Cee, la soeur de Frank.

    http://motamots.canalblog.com/archives/2013/02/01/26165718.html


  • par (Libraire)
    7 décembre 2012

    Un grand roman

    Que dire hormis que c'est du grand art ? Concis, économe de mots mais pas d'émotion, "Home" est un récit qui laisse pantois de part sa force et sa qualité. En quelques pages, avec grâce et beaucoup de subtilité, tout est dit sur la situation des Noirs dans les années 50 aux Etats-Unis : racisme, ségrégation, violences sociales. Un grand roman absolument exceptionnel !


  • 1 décembre 2012

    une lecture intéressante

    Je découvre Toni Morrison avec son dernier titre Home et après un début difficile, j'en ressors charmée (mais sans coup de coeur).

    Au début de ma lecture, j'ai eu beaucoup de mal me plonger dans le récit, et puis après quelques pages, je me suis laissée porter.

    Nous suivons Franck Money, un homme noir originaire de Lotus (Géorgie), tout le long de son parcours pour retrouver sa soeur malade, Cee, qui travaille en tant qu'aide médicale chez un médecin, après s'être enfuie de sa terre natale en épousant un homme qui n'avait que faire d'elle.

    A travers ces deux personnages, le lecteur se retrouve face à de grands sujets américains : la ségrégation, la guerre de Corée, la soumission des noirs, les années 50en Amérique...

    Le récit alterne entre chapitres où Franck se livre à la première personne, et d'autres où l'on suit des personnages différents, tous reliés à Franck : l'odieuse grand-mère , Lily, désireuse de prendre son destin en main, Cee, abîmée par la vie...

    Une belle galerie de personnages tourne autour de Franck, personnage puissant, qui cherche à se reconstruire et à tuer son traumatisme et les fantômes du passé, ceux de la guerre, pour enfin vivre sereinement.

    Home est un roman court, mais Toni Morrison a su trouver les mots justes pour raconter une Amérique, celle des années 50, et l'histoire d'un homme noir, Franck Money.


  • 28 novembre 2012

    Percutant!

    Je découvre Toni Morrison avec son dernier titre Home et après un début difficile, j'en ressors charmée.

    Au début de ma lecture, j'ai eu beaucoup de mal me plonger dans le récit, et puis après quelques pages, je me suis laissée porter.
    Nous suivons Franck Money, un homme noir originaire de Lotus (Géorgie), tout le long de son parcours pour retrouver sa soeur malade, Cee, qui travaille en tant qu'aide médicale chez un médecin, après s'être enfuit de sa terre natale en épousant un homme qui n'avait que faire d'elle.
    A travers ces deux personnages, le lecteur se retrouve face à de grands sujets américains : la ségrégation, la guerre de Corée, la soumission des noirs, les années 50...

    Le récit est alterné entre chapitres où Franck se livre à la première personne, et d'autres où l'on suit des personnages différents, tous reliés à Franck : l'odieuse grand-mère , Lily, désireuse de prendre son destin en main, Ce, abîmée par la vie...
    Une belle galerie de personnages tourne autour de Franck, personnage puissant, qui cherche à se reconstruire et à tuer son traumatisme et les fantômes du passé, ceux de la guerre, pour enfin vivre sereinement.
    Home est un roman court, mais Toni Morrison a su trouver les mots justes pour raconter une Amérique, celle des années 50, et un homme noir, Franck Money.


  • par (Libraire)
    1 novembre 2012

    L’Amérique vers la fin des années 1950. La ségrégation et le principe du « white only » sont encore de mise. Cependant, un homme, Frank Money, rescapé de la guerre de Corée, traverse tous les États Unis pour répondre à l’appel au secours de sa sœur. Au cours de son long voyage, il devra non seulement faire face à la cruauté du monde extérieur mais surtout affronter ses démons intérieurs. Un beau roman sur la solidarité et l’amour fraternel, mais aussi un hymne à la rédemption…


  • par (Libraire)
    31 octobre 2012

    Parfait !

    L'immense dame de la littérature américaine sème sa zone dans cette rentrée littéraire avec un petit roman, Home, absolument magistral. Elle décrit avec compassion le quotidien d'une famille noire dans l'Amérique des années 50.

    Un coeur à coeur émouvant avec ces destins dont les rêves se heurtent à la violence ordinaire et au mépris de la société.

    Une écriture sèche et naturaliste, qui laisse pourtant une large place aux sensations. Un dosage savant et infiniment émouvant.

    A lire !


  • 11 octobre 2012

    Plaies

    Dixième roman de Toni Morrison : comme les précédents livres du prix Nobel de littérature 1993, Home propose des personnages hantés.
    Souvenirs traumatisants de guerre, ce court roman alterne les visions terrifiantes du passé (escalavagisme, etc.) de Franck Money et celles de son présent (Amérique des années 50) tout aussi cauchemardesques. Le frère et la sœur devront affronter leur passé et celui de la terre où ils ont grandi.
    La ségrégation raciale y est intenable tout à l'inverse de ce récit !


  • par (Libraire)
    28 septembre 2012

    De retour de Corée où il a combattu et surtout perdu tous ses amis, Franck doit se rendre au secours de sa sœur, Cee, qui se trouve dans un situation délicate. Pour ce faire, il doit traverser tout les États-Unis, l'occasion pour Toni Morrison de nous faire un état des lieux de la ségrégation dans les années 50 et surtout de nous conter l'histoire de Franck et sa famille, cueilleurs de coton dans le sud.
    Inconditionnels et novices se régaleront grâce à ce texte court mais d'une redoutable efficacité.


  • 10 septembre 2012

    Ici se dresse la littérature.

    «Home» chante-hante le blues.
    Comme le «Strange Fruit» de Billie Holiday.

    «Southern trees bear a strange fruit
    Blood on the leaves and blood at the root
    Black body swinging in the Southern breeze
    Strange fruit hanging from the poplar trees."
    (Les arbres du Sud portent un étrange fruit,
    Du sang sur les feuilles et du sang aux racines,
    Un corps noir qui se balance dans la brise du Sud,
    Étrange fruit suspendu aux peupliers.)

    Comme ce vieil homme battu à mort, puis «ligoté au plus vieux magnolia du comté».

    C’est le dixième roman de Toni Morrison.
    Incisif. Percutant.
    Une Amérique des années 50 à la dérive.
    Habitée de lynchages et de cagoules blanches.
    Un be-bop complexe et silencieux qui nous poursuit. Comme ce batteur infatigable viré de scène par le trompettiste et le pianiste.
    Un cauchemar au tempo endiablé.

    «Puisque vous tenez absolument à raconter mon histoire, quoi que vous pensiez et quoi que vous écriviez, sachez ceci : je l’ai vraiment oublié, l’enterrement. Je ne me souvenais que des chevaux. Ils étaient tellement beaux. Tellement brutaux. Et ils se sont dressés comme des hommes.»

    Ecriture puissante qui prend à partie le lecteur.

    Frank Money (nom d’esclave donné par le «bon» maître blanc) revient de nulle part. De la guerre de Corée. De l’enfer.
    «Un autre enfant ayant seulement la moitié inférieure du visage intacte, et dont la bouche criait maman».
    De quoi se perdre dans l’alcool.
    De quoi se perdre...
    Sa petite soeur Cee, née dans le ruisseau, élevée «à la main"(comme dirait Dickens) qui n’en finit pas de mourir à petits feux.
    Lui c’est Hansel. Elle sera Gretel.
    A la recherche de l’Amérique.

    Toni Morrison, 81 ans, Prix Nobel de littérature 1993, signe un chorus entêtant.
    Un écho féroce, presque militant.
    Un appel retentissant à lever le poing !

    «Ici se dresse un homme.»


  • par (Libraire)
    6 septembre 2012

    C'est un petit livre d'une densité féroce. C'est aussi un grand roman. Il y est question du racisme ordinaire dans le Sud des Etats-Unis pendant les années 50... bref, un thème familier aux lecteurs de Toni Morrisson. Attention : ici, on est vraiment dans l'épure et ce livre demande beaucoup de concentration au lecteur. Une lecture exigeante donc mais vraiment gratifiante si l'on s'en donne la peine. À lire !


  • par (Libraire)
    31 août 2012

    L'Amérique de la ségrégation

    L'Amérique des années 50. Frank qui revient de la guerre de Corée est rongé par la culpabilité de n'avoir pas su sauvé ses deux meilleurs amis. Cée, sa petite soeur, coupable d'être née dans la rue et d'enchaîner les mauvaises rencontres, essaye malgré tout d'avancer.
    De retour aux Etats Unis, Frank va faire tout un voyage pour tenter de sauver sa soeur. Un voyage pour se trouver et essayer de vivre.
    Une plongée dans l'Amérique des années 50 où la ségrégation était encore très pesante. Toni Morrison nous offre un roman puissant, à la fois fort et poétique.


  • par (Libraire)
    31 août 2012

    Un roman singulier et magistral autour d'un homme dévasté et meurtri par la guerre de Corée. Seul et démuni, foudroyé par les terreur guerrières, il tente de retrouver sa sœur en Géorgie, mourante et déchirée. Toni Morison, prix Nobel de littérature, nous plonge dans l'Amérique des années 50, profondément rude et ségrégationniste. La lente et épineuse traversée d'un homme jusqu'à une possible rédemption.


  • par (Libraire)
    24 août 2012

    Nous suivons le périple de Frank Money ( curieux nom pour un vétéran noir de la guerre de Corée) qui se donnera pour mission de ramener sa petite soeur malade dans leur village natal. Parcourant ainsi les Etats-Unis, il se rend compte des injustices grandissantes de l'époque car la ségrégation est à son paroxysme. Il cache en lui une profonde colère car il garde le souvenir douloureux de la guerre.

    Il semble invisible face aux autres, seul face à la quête qu'il s'est fixée et démuni face à ce monde hostile qu'il découvre. Mais sa volonté de guérir sa soeur est plus forte et il sait que la ramener chez eux "At home" est le début d'un nouveau départ.
    Toni Morrison livre ici un roman somptueux dans la lignée de Beloved. Délicat, limpide, poignant, ce roman ravira tous les adeptes de l'auteur et surtout ceux qui ne la connaissent peut être pas encore.


  • par (Libraire)
    23 août 2012

    Rarement un si petit roman aura été si dense. De par le nombre de sujets abordés (la ségrégation, la guerre, les liens fraternels, la place de la femme...) autant que par l'écriture tranchante de Toni Morisson.

    Sombre par bien des aspects, l'histoire de Frank Money et de sa soeur permet à l'auteur de reconstituer une Amérique des années 50 criante de vérité et donnant un terrible écho à notre société actuelle.
    Mais ce récit est aussi une lumineuse quête initiatique dont la rédemption, la force de caractère et la solidarité seront les principales récompenses.

    L'impression de lire un texte d'importance s'intensifie à chaque page lue et l'on referme ce livre époustouflé, habité par les mots de cette grande dame du roman américain.