La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Storyteller

James Siegel

Le Cherche Midi

  • 29 mars 2012

    Tom Valle est un journaliste qui a échoué dans une petite ville à deux cents kilomètres à l’est de Los Angeles à la suite d’une grave faute professionnelle : il a inventé des reportages de toutes pièces pour le grand journal national pour lequel il travaillait auparavant. Au Littleton Journal, il s’occupe des chiens écrasés. En l’occurrence, le jour où toute cette histoire commence, c’est sur un accident de la route qu’il va recueillir quelques témoignages…


    Cet accident, à première vue banal, va le mettre sur la piste d’une histoire insensée. Peu à peu, Tom découvre que le mort n’est pas blanc mais noir, que l’autre automobiliste impliqué n’était qu’un figurant et que plus il tire sur la canne à pêche aux informations, plus l’affaire parait grosse… La théorie du complot semble plus que jamais d’actualité mais qui voudra croire un journaliste doublé d’un menteur invétéré, un homme qui n’a plus aucune crédibilité?

    Voyant là un moyen de se racheter, Tom Valle va néanmoins poursuivre son enquête, au péril de sa vie et découvrir des informations explosives…

    Un bon thriller, bien mené et qui ne vous laissera aucune minute de repos. Les rebondissements, nombreux, vous poussent sans cesse à tourner la page. C’est tout un pan de l’histoire des Etats-Unis qu’on reviste avec Tom. L’écriture n’a rien d’exceptionnel et il y a quelques petits détails qui font parfois froncer les sourcils mais globalement, la recette marche et on n’a qu’une envie : connaître le fin mot de l’histoire.


  • 6 janvier 2012

    un thriller dans lequel on se sent investi

    Storyteller est un roman qui se lit très vite car James Siegel a fait en sorte qu'on se sente d'emblée impliqué dans la recherche de la vérité grâce au fait que le personnage principal s'adresse directement à son lecteur. L'enquête est bien menée, elle avance lentement et on est sans cesse en train de se poser de nouvelles questions, ce qui fait que le mystère reste intact tout au long de l'oeuvre. Storyteller est découpé en un grand nombre de courts chapitres, les phrases sont simples et le vocabulaire employé est à la portée de tout le monde. Cependant certains passages sont relativement longs et n'apportent pas grand chose à la trame de fond de l'histoire mais le lecteur se réinvestit rapidement dans le livre grâce à ses nombreux rebondissements.


  • 5 décembre 2011

    Tom Valle est journaliste pour un quotidien local à Littleton, une petite ville tranquille de Californie. Tout journaliste rêve un jour de faire les gros titres ou de couvrir l’affaire du moment. Si Tom Valle a été sous le feu des projecteurs pour ses articles sensationnels, ses mensonges ont provoqué un gros scandale.

    Récemment à la question lisez-vous de tout, j’avais répondu que je lisais peu de policiers et de thrillers. Entre les flics rongés jusqu’à l’os par l’alcool ou l’hémoglobine à chaque page, je préfère passer mon chemin. Storyteller fait partie d’une autre catégorie, celle où l’auteur ferre son lecteur par une narration et un suspense qu’il installe à petites doses. Suite à un accident de la route qui a coûté la vie à une personne, Tom Valle flaire que quelque chose ne tourne par rond. Sauf que personne ne prête plus aucun crédit à ses propos. Et à Littleton, plus il affirme être sur une enquête sérieuse et plus il se retrouve face à un mur. Et comme par hasard, en coulisses, la mise en scène de ses propres mensonges fait partie du scénario…
    James Siegel pose beaucoup de questions à travers Tom Valle et forcément, on a très envie de connaître les réponses. Une question en entraîne une autre, des éléments s’ajoutent, sèment le trouble ou le doute.

    Et j’ai tourné de plus en plus vite les pages (à partir de la deux centième page environ, prévoir que la cadence s’accélère pour l'index et le pouce)! Je vais pinailler un peu sur l’écriture de l’auteur qui s’encombre de quelques digressions, histoire de noyer peut-être son lecteur ...
    Mais il n’empêche que je n’y ai vu que du feu ! Comme pour un bon tour de magie où l’on reste ébahi la bouche entrouverte (en mode poisson privé d’oxygène).