La librairie vous accueille du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
27 rue Franche, 71000 Mâcon - 03 85 38 85 27 - cadran.lunaire@wanadoo.fr
 

Ame brisée

Ame brisée

Akira Mizubayashi

Gallimard

  • par (Libraire)
    25 juin 2020

    Tout simplement magnifique !

    Tokyo, 1938, Rei a onze ans.

    Son père, musicien amateur, est arrêté par des militaires.

    Rei, caché dans l’armoire du centre culturel où son père répétait, a tout vu : un militaire qui brise le violon de son père, un autre, lieutenant, mélomane, qui voit Rei dans l’armoire mais ne le dénonce pas et lui tend le violon brisé de son père …

    Rei quittera le Japon et deviendra Jacques, luthier en France. Une vie consacrée aux instruments.

    Dans une écriture cristalline, Akira Mizubayashi écrit des pages magnifiques sur le pouvoir de la musique, de la mémoire et de l'amour….

    Une histoire bouleversante, à lire absolument...


  • par (Libraire)
    18 juin 2020

    Conseillée par Rémy

    Le saviez-vous? L'âme du violon est une pièce discrète mais centrale dans la caisse de résonance du violon. Que l'âme humaine ou que l'âme de l'instrument soit brisée et la musique ne peut plus être libérée.
    Le symbole est fort et évident dès la lecture de la première scène du roman. En 1938, à Tokyo, des soldats font irruption au Centre Culturel dans lequel un quatuor répète un opus de Schubert. Yu est professeur d'anglais et violoniste, il joue avec trois de ses étudiants chinois. Lorsque Yu entend les bottes des militaires approcher il fait signe à son fils de onze ans de se cacher dans une armoire à proximité. Par le trou de la serrure, le jeune Rei voit un soldat agresser son père et briser son violon. Après que les quatre musiciens aient été embarqués, le lieutenant Kurokami, grand mélomane découvre la cachette de l'enfant qu'il ne trahira pas. Une fois la salle vide, il rend même le violon détruit à Rei.
    Cet instrument c'est tout ce qu'il lui restera de son père.
    Récompensé tout récemment par le Prix des libraires, "Ame brisée", est un roman habité par la poésie, la musique et la langue. Une lecture douce et délicate qui se déguste.


  • Un roman doux et douloureux à la fois

    Tokyo, nous sommes en 1938 en plein conflit sino-japonais. 3 étudiants chinois se réunissent régulièrement autour de YU, professeur d’anglais, violoniste et compositeur à ses heures, père de REI, pour assouvir leur passion commune, la musique classique. Lors d’une répétition, des soldats interrompent celle-ci, s’emparent du violon, le cassent et embarquent le quatuor sous l’accusation de complot contre le pays. Rei, caché dans une armoire assiste à la scène. Il sera adopté par un couple de français, deviendra luthier, rencontrera Hélène, et finira par se décider à restaurer le violon paternel. Un roman doux et douloureux à la fois


  • par (Libraire)
    15 mai 2020

    La musique adoucit-elle les mœurs ?

    Un texte touchant, empli de musiques, celle des instruments, et celle du cœur ...


  • par (Libraire)
    27 décembre 2019

    Coup de coeur

    Dans Âme brisée, deux destins se mêlent. Celui de Rei, petit garçon japonais qui voit son père emporté par l'armée, et celui de Jacques, luthier parisien de grande renommée. Rei et jacques sont tout deux lié à la musique, au violon. Akira Mizubayashi est un maître conteur hors pair. C'est avec minutie qu'il nous fait naviguer entre le japon d'après-guerre et le Paris contemporain. C'est lumineux et touchant, bercé par la musique et la prose japonisante de l'auteur, on en ressort bouleversé d'espoir.


  • par (Libraire)
    3 novembre 2019

    Coup de coeur

    Ce livre est probablement l'un des plus beaux livres de l'année.


  • par (Libraire)
    2 novembre 2019

    Superbe titre à double sens. Au cœur du roman, un violon brisé et la vie brisée d’un enfant de onze ans, Rei. Cet enfant est définitivement séparé de son père You, arrêté par la police militaire japonaise en 1938, début de la guerre sino-japonaise. Le roman est composé de quatre parties, comme les quatre mouvements d’une sonate, relatant quatre étapes cruciales de la vie de Rei. Adopté par un ami français de son père, il devient luthier avec un désir vital de reconstruire le violon de son père détruit par un des militaires lors de l’arrestation. Plus de soixante ans après le drame, il retourne au Japon à deux reprises pour retrouver des personnes plus ou moins concernées par ce drame ce qui lui permettra de recueillir des détails sur l’arrestation de son père et de trouver un peu d’apaisement. Le mal (guerre, soupçons, anti-communisme …) et le bien (le lieutenant, la musique…) se côtoient dans ce magnifique roman.
    Simone, lectrice de la rentrée littéraire


  • 26 octobre 2019

    1939-1945, violon

    De l’auteur, j’avais aimé cet été "Un amour de Mille Ans".
    C’est avec plaisir que j’ai ouvert son nouveau roman au titre à double sens, encore une fois.
    Le roman s’ouvre sur un jeune garçon caché dans un placard pendant qu’il entend un soldat japonais briser le violon de son père.
    Puis le récit commence et raconte cet épisode de l’enfance de Rei pendant la guerre de 39-45 au Japon. Après une ellipse, nous retrouvons Rei en France où il est devenu luthier et pendant des années, à réparé le violon de son père.
    Avec, toujours en arrière-plan, le morceau de Schubert Rosamunde que le quatuor de son père répétait.
    J’ai aimé suivre Rei-Jacques à travers son identité française qui n’oublie pas sa part japonaise, malgré les années, ces réflexions sur la langue française qui place tous les interlocuteurs sur un pied d’égalité, contrairement à la langue japonaise.
    J’ai aimé la présence de la musique, comme une présence des morts.
    J’ai aimé les souvenirs de chacun sur le père de Rei et du soldat.
    J’ai aimé les personnages, tous gens de bonne volonté, en lutte contre la pensée dominante visant à interdire et exclure.
    Un auteur japonais qui vit au Japon et qui écrit magnifiquement en français.

    L’image que je retiendrai :
    Celle de Rei, de retour au Japon, se souvenant de son dernier petit déjeuner avec son père composé de riz, d’un oeuf cru et de sauce soja.
    https://alexmotamots.fr/ame-brisee-akira-mizubayashi/


  • par (Libraire)
    19 octobre 2019

    Très touchant

    1938, à Tokyo, quatre musiciens japonais et chinois répètent des œuvres de Schubert sous le regard d’un jeune japonais, fils de l’un d’eux. Interrompus puis emmenés de force par la police japonaise ils laissent derrière eux un enfant et un violon à l’âme brisée. Magnifique roman !


  • par (Libraire)
    30 septembre 2019

    Un roman magnifique sur le pouvoir de l'Art dans la résilience

    Ce court roman nous transporte à Tokyo en 1938, en guerre contre la Chine. Yu Mizusawa, japonais, répète avec 3 amis chinois « Rosamunde » de Schubert quand débarquent dans la salle des militaires. Le fils de Yu, Rei, âgé de 11 ans, assiste à toute la scène, caché dans une armoire.
    C’est cette scène que le jeune garçon va tenter d’exorciser toute sa vie à travers le cheminement qui va le mener de Tokyo à Mirecourt, auprès d’un luthier, puis à Paris, afin de reconstituer les « âmes brisées ».
    Ce texte subtil et émouvant évoque l’art comme catharsis, la mémoire et la perte. Gros coup de coeur !
    Nous avons le très grand plaisir de recevoir Akira Mizubayashi Mercredi 20 novembre à 18h30. Sera également présent à la rencontre Roland Terrier, luthier à Mirecourt qui nous parlera de son art et de la relation entre le luthier et le musicien.


  • par (Libraire)
    27 septembre 2019

    Le jeune Rei parvient à garder le violon brisé de son père, il va consacrer sa vie à le restaurer et verra même ce violon revivre lors d’un concert. L’âme d’un violon est une pièce indispensable à la bonne sonorité de l’instrument. Avec ce titre Akira Mizubayashi joue sur 2 tableaux, la musique et l’âme humaine et c’est magnifique ! Si on peut réparer un violon qu’en est-il de l’âme humaine ? Un roman bouleversant à lire en écoutant les quatuors de Schubert.
    Valérie


  • par (Libraire)
    6 septembre 2019

    Coup de coeur à Mirecourt !

    Sensible et entraînant comme la mélodie du souvenir...
    Ecrit en français par un auteur japonais, ce roman parle d'un petit garçon et du violon brisé de son père, emmené par la police militaire en 1938. Devenu luthier, spécialiste en restauration, il vouera sa vie entière au sauvetage de son héritage, un violon de Nicolas François Vuillaume, qui le suivra jusqu'à Mirecourt.


  • par (Libraire)
    30 août 2019

    Histoire et musique

    Jacques, luthier de talent, n’a pas toujours porté ce prénom… À la fin des années 1930, il s’appelait Rei et vivait au Japon. Mais lorsque son père, son unique parent, a été arrêté en 1938 pour être proche de citoyens chinois alors que le pays venait d’entrer en guerre contre la Chine, et qu’il n’est jamais réapparu, Rei a été adopté par Philippe, citoyen français, qui le rebaptisa Jacques à son arrivée dans l’hexagone. Alors qu’il vit avec Hélène, fabricante d’archers, il lit un article sur une jeune violoniste japonaise virtuose, plongeant alors dans ses souvenirs les plus enfouis, et décidant de renouer avec son passé ! Magnifique roman où la musique et les passions tiennent une place prépondérante, Âme brisée est aussi un texte mêlant subtilement passé et présent, les histoires intimes avec la marche ravageuse de l’Histoire.


  • par (Libraire)
    30 août 2019

    Invitation musicale

    Roman sensible et pathétique imprégné d'une douceur narrative musicale qui berce et enveloppe le lecteur d'une mélodie de douleurs et de tendresses secrètement partagées. Roman du souvenir, de la transmission et de la mémoire à travers des vies entières dédiées à la musique du Japon à la France, avec une détermination acharnée et une rigueur inlassable. Ce roman est une invitation à une écoute attentive et délicate de l'âme brisée d'un violon à sa renaissance, à sa résurrection sonore.


  • par (Libraire)
    12 août 2019

    le but d'une vie

    Rei se souvient qu'il n'était qu'un petit garçon de onze ans lorsqu'il assista à la scène la plus terrible de sa vie à Tokyo en 1938.
    Lors d'une répétition, son père Yu, violoniste amateur et ses trois amis musiciens chinois sont arrêtés par des militaires japonais, accusés de traîtrise, le Japon et la Chine étant en guerre.
    Rei caché dans une armoire, observe tétanisé les violences infligées à son père et la destruction de son violon. Pourtant le lieutenant Kurokami qui découvre Rei, s'empresse de refermer l'armoire sur l'enfant après lui avoir confié le violon détruit.
    Rei adopté par un couple de Français deviendra luthier avec pour obsession de restaurer dans les règles de l'art, le violon de son père disparu.
    Grâce à une rencontre inimaginable, ses blessures d'enfance pourront s'apaiser au soir de sa vie.